Niger: libérations dans l’affaire de la tentative de coup d’Etat présumée

Après plus d’un an d’emprisonnement pour tentative de coup d’Etat contre le régime de Mahamadou Issoufou, les militants de l’opposition de l’époque viennent d’être libérés. Accusés d’atteinte à la sûreté de l’Etat, ils ont tous recouvré leur liberté. Trois douaniers accusés ont également été libérés.

L’annonce de ces libérations s’est vite répandue dans Niamey vendredi 24 mars.

L’annonce de ces libérations par leurs proches s’est répandue comme une traînée de poudre dans la ville de Niamey. Très vite, ces libérations pour non-lieu, relayées par les réseaux sociaux, ont été confirmées par le ministre de la Justice Marou Amadou.

Le parti de l’opposition, le Moden Fa Lumana de Hama Amadou, les a également confirmées à travers le député Soumana Sanda. « Tous les civils impliqués dans le présumé coup d’Etat sont libres », a-t-il déclaré, avant de se réjouir de la libération de leurs trois députés, dont Oumarou Dogari et Issoufou Issaka, qui ont tous passé plus d’un an derrière les barreaux.

Quant au parti, MNSD-Nassara, qui s’est rallié au pouvoir il y a juste quelques mois, il a vu ses militants libérés.

Toujours dans la même affaire, trois hauts gradés de la douane ont également recouvré leur liberté pour insuffisance de preuves, dit-on.

Aujourd’hui que tous les civils sont libérés, on s’interroge sur le sort des officiers impliqués dans cette tentative de coup d’Etat manquée. Le général Salou Souleymane et ses camarades restent emprisonnés. Selon une source proche du dossier, « ils ont voulu tuer le président ».

Pour rappel, cette tentative de coup d’Etat a pourri l’atmosphère politique au Niger depuis plus d’un an. Ces premières libérations interviennent quelques jours seulement après la condamnation à un an d’emprisonnement dans un autre dossier du principal leader de l’opposition, Hama Amadou.

Rfi.fr