La NRA et les républicains prêts à (un peu) plus de contrôles sur les armes

Aux Etats-Unis, la fusillade de dimanche pourrait faire évoluer le débat sur les armes à feu. Les fusils d’assauts semi-automatiques utilisés par le tireur de Las Vegas avaient été modifiés, ce qui lui a permis de faire encore plus de dégâts. C’est sur ce point que la législation pourrait changer. En général prisonniers de leur électorat, les républicains du Congrès se disent cette fois prêts à étudier la question. Et surtout, le tout-puissant lobby des armes, la NRA, s’est elle aussi dite favorable à un durcissement des règles.

Avec notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier

media
Un «bump stock», ce mécanisme qui permet de rendre automatique une arme semi-automatique.

La majorité des Américains a découvert avec effroi cette semaine un nouveau mot : « bump stocks ». Les « bump stocks », ce sont ces mécanismes permettant de transformer facilement certaines armes en fusils automatiques pouvant tirer en rafale plusieurs balles chaque seconde. 

A l’inverse, les quelques amateurs qui connaissaient et apprécient le système se ruent désormais dans les armureries pour s’en procurer.

Car les « bump stocks », vendus légalement alors que les armes automatiques sont elles interdites depuis 1986, pourraient bientôt être beaucoup plus difficiles d’accès. En effet, l’ampleur du drame de Las Vegas s’expliquant par leur utilisation, même la majorité républicaine du Congrès, soutenue par la Maison Blanche, concède qu’il faut prendre des mesures. 

Toutefois, chacun sait bien aux Etats-Unis que sur ces questions, l’essentiel du pouvoir est entre les mains de la National Rifle Association, le très puissant et inflexible lobby des armes.

Or, la NRA a elle aussi indiqué jeudi qu’il fallait sans doute un contrôle renforcé sur les « bump stocks ».

Une déclaration inespérée, mais qui ressemble surtout à une manière de refermer une fois de plus le débat sur les armes à feu en général.

Rfi.fr