Nucléaire: les puissances occidentales boudent la remise du prix Nobel de la paix

L’Ican, la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires, reçoit le prix Nobel de la paix ce dimanche 10 décembre à Oslo. Plusieurs survivants des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki seront présents lors de la cérémonie. L’occasion de témoigner et de défendre une nouvelle fois l’idée d’un monde sans l’arme atomique, alors que les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni – des puissances nucléaires – ont décidé de dépêcher des diplomates de rang inférieur au lieu de leurs ambassadeurs, contrairement à l’usage. 

media
La directrice de l’Ican signe le texte de protocole du Nobel à côté de la survivante d’Hiroshima, Setsuko Thurlow, à Oslo, le 9 décembre. 

Qui de mieux pour représenter le combat contre les armes nucléaires que des rescapés du premier bombardement atomique de l’histoire ? Plusieurs survivants d’Hiroshima ou de Nagasaki ont fait le déplacement à Oslo pour assister à la remise du prix Nobel.

Toshiki Fujimori, secrétaire adjoint de la confédération des organisations des victimes de la bombe A et de la bombe H, salue la prise de conscience internationale. « 2017 a été une grande année pour nous. Le traité des Nations unis a été adopté. Et maintenant l’Ican gagne le prix Nobel. J’espère que ces deux choses vont contribuer à l’élimination des armes nucléaires. »

Un monde sans armes nucléaires, Setsuko Thurlow en rêve. Survivante d’Hiroshima, c’est elle qui recevra le prix Nobel de la paix au nom de l’Ican, la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires. Mais elle s’inquiète des tensions autour de la Corée du Nord entre Donald Trump et Kim Jung-un.

« Les deux leaders semblent être des personnes très impulsives et le danger ne fait qu’augmenter, on en est tous conscients, s’inquiète-t-elle. Mais peu importe ce qu’il s’est passé, tant qu’ils n’utilisent pas l’arme nucléaire ».

Une absence remarquée

Mais Setsuko Thurlow accuse aussi l’Occident de « sabotage ». Elle s’indigne en effet de l’absence à la cérémonie des puissances nucléaires occidentales. Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont décidé de bouder la remise du prix Nobel. Contrairement à l’usage, les ambassadeurs de ces Etats ne participeront pas à la cérémonie. Ils enverront à la place des diplomates de rang inférieur.

« Ils ont essayé de bien des façons de saboter, de discréditer ce que nous avons essayé de faire », a déclaré cette femme de 85 ans qui vit aujourd’hui au Canada, lors d’une conférence de presse à Oslo. « Je suis désolée que cela se produise. Mais peut-être cela montre-t-il qu’ils sont vraiment ennuyés par le succès que nous avons connu jusqu’à présent », a-t-elle ajouté.

« Une absence de processus de réflexion »

Une attitude que déplore aussi Jean-Marie Collin, représentant en France de l’Ican. « Cela pose véritablement problème sur les engagements qu’ils [les Etats, ndlr] doivent avoir pour aller vers un monde sans armes nucléaires. C’est principalement des considérations politiques de la part de ces Etats. Vous aurez toujours des défis de sécurité internationale. Sauf que les Etats-Unis, la France ou les Britanniques se sont engagés à un monde sans armes nucléaires. Ils se sont engagés à travers le traité de non-prolifération nucléaire. Ces Etats ont pris des engagements au moment où ils l’ont ratifié, mais aussi ces dernières années. »

Ce représentant de l’Ican critique plus particulièrement le manque de vision de ces puissances. « Ce que nous regrettons c’est qu’il y ait une absence de processus de réflexion, de réfléchir à comment procéder à ce désarmement nucléaire, de réfléchir à comment avoir un nouveau type de dissuasion, une nouvelle politique de défense. C’est ça qu’on reproche à ces différents Etats. Puisque, aujourd’hui, ils sont uniquement dans cette pérennité de la dissuasion nucléaire et de réfléchir aux questions de défense comme on y réfléchissait sous le général De Gaulle, c’est-à-dire, créer un arsenal atomique », souligne Jean-Marie Collin.

Pour l’Ican, la communauté internationale doit aller encore plus loin. La non-prolifération de l’arme nucléaire ne doit être qu’une première étape avant sa disparition totale.

Rfi.fr