Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Ou va notre monde ????

J’ai la nette impression parfois dans mes pensées, de marcher à côté de mes chaussures, ou encore de vivre dans ma bulle à moi. Totalement en déphasage avec les réalités d’ici-bas. J’en arrive parfois à me regarder dans la glace, et à me poser des questions, qu’est ce qui ne va pas frangin ? Eh bien, aux dernières nouvelles, selon mon médecin, tout va bien chez moi, merci. Même si mes rêves d’un retour aux valeurs qui ont fait de notre pays, un des plus hospitaliers du globe, risquent bien d’en rester là.

Lire aussi : Rivièra Palmeraie : La maison de Marie Louise Asseu envahie

J’ai encore en souvenir, ces grands moments, dans notre pays ou de grandes vertues accompagnaient tous nos actes au quotidien. Des mots, des phrases et des gestes, ont bien disparu de notre langage et de notre comportement au quotidien, avec eux le sourire et la sincérité. Rendant la vie entre nous si difficile, si compliquée. Avec en prime le stress et l’angoisse à longueur de journée, pour nous, et pour tous autour.

Lire aussi : Hospitalisation de Marie Louise Asseu: ses proches se fâchent…

Essayez de vous souvenir, combien de fois ces deux derniers jours, vous avez entendu autour de vous, Pourriez-vous s’il vous plait… ? Merci ! Excusez-moi ! Je vous en prie ! Après vous ! Puis-je vous aider s’il vous plaît ? Soyez gentils s’il vous plaît ! Vous voudriez bien s’il vous plaît ? Asseyez-vous s’il vous plait ! Passez s’il vous plait ! Etc. …

Avouons-le, pas assez, et c’est bien triste. Tous, nous avons notre part de responsabilité. Nous sommes devenu si méchant les uns avec les autres, si intolérant, si orgueilleux, que nous avons du mal à utiliser des mots gentils, des phrases apaisantes. Nous avons tant de mal à être d’accord avec nous-même.
Bien difficile dans ce cas-là de trouver l’accord avec l’inconnu du carrefour qui cherche le passage ou le piéton qui veut traverser une intersection pendant que nous sommes au volant.

Lire aussi : Dr Félix Alain Tailly et le CNAC : Comme Le Reflet de la Côte d’Ivoire Culturelle

Bien difficile également, de céder la place à la personne âgée, debout, en face de nous, tenant une canne, ou encore la femme enceinte qui plie sous le poids du bébé à venir. On ne fera d’ailleurs pas plus attention à quelqu’un qui a chuté dans les escaliers devant nous, qu’il crève, peu importe.
On n’ira pas plus loin non plus, avec cette dame ou ce monsieur qui, dans une grande surface, ou ailleurs, nous cède le passage, ou nous fait passer avant  elle ou lui , dans le rang, juste par courtoisie. Pas le temps de dire merci, ça nous rendrait si petit.

En gros, dans la rue ou ailleurs on ne pardonnera à personne. Céder le passage à l’autre, lui pardonner, lui demander pardon ou lui dire merci. Ce serait faire preuve de faiblesse, c’est quelqu’un qui me disait,  » Où va notre monde ?  » J’ai eu grand mal à lui répondre. Les choses ont tellement changé autour de nous, avec nous et nos semblables.

Lire aussi : Facebook : Il apprend que sa femme se marie avec un autre Facebook

Là-dessus, une certitude toutefois. Nous rendrons demain meilleur.
Eh oui ! Bien meilleur, parce-que, pour faire de la terre des hommes, un meilleur endroit pour vivre, nous n’avons aucune autre alternative.
A un de ces jours.

BK

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,