Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Bataille artistes-Burida / Boklay balance : « Sous d’autres cieux, les artistes arrivent à vivre, pas ici ».

Ce SOS qu’ils ont lancé, ils sont déterminés à le faire entendre sous tous les cieux, qu’importent les voies et moyens.

« Ils », ce sont les artistes grévistes qui sont sur le pied de grue devant le siège du BURIDA depuis 5 heures ce matin pour revendiquer leurs droits.

Des artistes chanteurs aux musiciens, comédiens, acteurs, peintres, sculpteurs, c’est une centaine qui, vêtus de blanc, protestent pacifiquement pour la démission d’Irène Viera.

Lire aussi : KMC Fauve s’exprime : « Madame Irène Viera réduit les artistes à une précarité totale. »

Présent dans le lot, Boklay, interprète d’un des tubes de la décennie 2000 « Anyama Yako » s’est ouvert à notre équipe, établissant une comparaison entre le traitement des artistes ivoiriens et ceux de l’étranger.

Comme les doigts de la main n’ont pas la même taille, ainsi en est-il des acteurs culturels ivoiriens qui peinent à s’épanouir, faute à la mauvaise gestion des grosses têtes du BURIDA.

Voici les propos déchirants de l’homme qui « a fait son temps » avec sa belle musique en Côte d’Ivoire :

Lire aussi : Djimi Danger mécontent : « Le balayeur du BURIDA touche 150.000FCFA alors que c’est tous les 3mois que l’artiste vient prendre 800FCFA » (vidéo)

« Sous d’autres cieux, les artistes arrivent à vivre. Ils vivent de façon convenable, entendez par là, se payer un loyer, nourrir leur famille, scolariser leurs enfants, ce n’est pas le cas ici. Cela est dû à une mauvaise gestion des administrateurs du BURIDA.

Il faut avoir une vision de l’artiste, il faut comprendre que chanter, écrire, dessiner, faire des statuettes, c’est un métier. Il a besoin de statut, d’être bien calibré, mais tout part en vrille. Nous avons constaté des fautes de gestion de l’actuelle dame forte du bureau à savoir Irène Viera.

Lire aussi : Grève illimitée au BURIDA/ Ahmed Faras : « Merci pour les services rendus, Dame Viera, mais vous pouvez aller à la retraite »

Des failles comme la déperdition d’argent, le paiement des droits d’auteur à la tête du client, nous ne sommes pas d’accord. D’aucuns disent qu’il y a des artistes qui moussent mais ce ne sont pas les artistes qui moussent qui sont la norme. » A-t-il asséné, visiblement déçu mais paradoxalement prêt à se battre.

Carole G

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,