Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Grève illimitée au BURIDA/ Ahmed Faras : « Merci pour les services rendus, Dame Viera, mais vous pouvez aller à la retraite »

Le Burida est la maison des artistes. Voici le ton donné d’emblée par le légendaire Ahmed Faras, membre actif de la grève des artistes ivoiriens au siège du BURIDA.
C’est ce Mardi 14 Mai 2019 qu’ont choisi les artistes d’Eburnie pour porter leurs revendications sur la place publique.
Acteurs de la culture depuis plusieurs années, ceux-ci estiment être remerciés de la plus misérable des manières par le BURIDA.
Spoliés de leurs droits, exploités, l’heure est venue d’agir : cela ne pourrait être possible qu’avec le départ de l’actuelle directrice générale du bureau, Irène Viera.

Lire aussi : Affaire « Grève des artistes au BURIDA pour le départ d’Irène Viera » : Le Premier Ministre se saisit du dossier

Nous entretenant avec l’un des meneurs, Ahmed Faras, qui a bercé l’enfance de plusieurs d’entre nous notamment à travers son titre culte “ Déni”, !’artiste a fait ces confidences :

« Le BURIDA est notre maison. Le ministère de la Culture n’est qu’un partenaire à la maison, les décisions doivent donc être prises par les artistes. Au travers des audits que nous avons à notre disposition, nous avons découvert que cette maison est en réalité un panier à crabes. Nous allons de détournements en détournements. Vous ne pouvez pas vous permettre d’utiliser 150 millions pour organiser une soirée alors que vous distribuez aux artistes 2800 francs ».

Lire aussi : Grève illimitée des artistes au BURIDA, les forces de l’ordre s’en mêlent

Puis, d’affirmer sa volonté de voir partir celle qui est, selon lui, le nœud du problème actuel :
« Merci pour les services rendus, Dame Vieira, mais vous pouvez aller à la retraite. ».

Actionnaire depuis 27 ans au BURIDA, le bilan est dramatique pour Ahmed Faras qui n’est pas prêt, comme ses camarades à lâcher la lutte.

Carole G

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,