Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Interview Lala &ce : « Il faut développer le Rap ivoire considéré par d’aucuns comme un truc de gamins »

Jeune et jolie métisse ivoiro- française, Lala &ce fait partie des talents émergents du rap français. Sexy mais un brin garçon manqué, cette belle plante brille par ce don musical dont le créateur l’a gâtée, mais surtout par son naturel, sa délicatesse et sa fraîcheur.

Décidée à se faire une place de choix dans l’industrie du rap français près de fortes têtes comme Kaaris, Booba, Damso et autres, Lala &ce impactera à coup sûr sa génération.

1. Bonjour Lala &ce, peux tu te présenter à nos internautes ?

Je suis Lala &ce, jeune rappeuse française. Je suis actuellement dans mon pays presque natal (la Côte d’Ivoire) pour montrer ce que j’ai dans les tripes.

Lire aussi : Dj Arafat feat Dadju (audio) – C’est pas volé

2. Quel est ton parcours musical ?

J’ai commencé à écrire les textes de mes sons à 17 ans environ. À cet âge-là, je connaissais tous les sons de rap. Je me suis professionnalisée dans ce domaine il y a deux ans. Avant cela, je faisais des études (de finances); j’ai fini ma Licence et j’ai décidé de rester à Londres pour suivre ma passion.

3. Comment tes parents ont-ils apprécié ce choix en faveur de la musique ?

Justement, ils voulaient que je continue jusqu’au Master ; pour la musique, j’ai arrêté en Licence. Ce n’était pas facile, c’était même dur pendant quelques années. Mais aujourd’hui qu’ils voient que ça donne bien, que ça commence à être bien sérieux, ils adhérent. J’ai déjà fait un million de vues sur Spotify.

4. L’angle du rap que tu as choisi est la chasse gardée des hommes, principalement dans le rap français. Pourquoi ce choix ?

J’ai toujours aimé ce genre musical, j’aime être authentique et vraie avec moi-même. Je ne fais que les choses que j’aime. Il faut dire qu’à la base, je me suis lancée avec un groupe composé d’hommes. J’ai toujours été habituée à être avec des gars, des potes.

Lire aussi : Gohou Michel fait officier dans l’orde du mérite culturel national

5. Quels sont tes modèles dans le milieu ?

Celui qui m’a vraiment inspirée, c’est le rappeur américain Lil Wayne. J’aime bien aussi la carrière de Booba; sa longévité m’inspire. Au niveau du son, c’est Missy Elliot.

6. As-tu déjà rencontré Booba ?

Non jamais mais je pense qu’il me connait.

7. Quels sont donc les rappeurs français que tu as déjà rencontrés ou avec qui tu espères collaborer ?

Comme je l’ai dit tantôt, j’étais dans un groupe (le 667) ; Quand j’ai lancé ma carrière solo, nous avons beaucoup collaboré, mais plus dans le underground. Il y a aussi Jordy. J’aimerais bien collaborer avec Hamza.

8. Quel est ton regard sur l’industrie du rap ivoire ?

Je pense que ce n’est pas assez développé, en réalité. Il y a juste Kiff No Beat, que j’aime bien, d’ailleurs. Il faut porter le Rap Ivoire à une plus grande échelle. J’ai l’impression qu’en Côte d’Ivoire, les gens considèrent ce genre comme « un truc de gamins ».

Il y a du talent, il faut ouvrir le Rap ivoire surtout au niveau de la diversité de sons, mixer les sons d’ici à ceux de l’extérieur. C’est aussi le pari que je me suis lancé en venant ici.

9. Que viens-tu proposer de plus aux mélomanes ivoiriens ?

Je propose ma fraîcheur, mon multiculturalisme qui part de mes origines françaises, mes influences américaines et africaines.

Lire aussi : CAN 2019 / ‘‘Critiques à l’encontre de Kamara Ibrahim’’ : Ricardo Xama répond à Ben Badi et demande de la patience

10. Comment te positionnes-tu sur l’échiquier musical ?

Je suis un pion absent de l’échiquier, en fait. Je me définis comme quelqu’un d’unique en mon genre. C’est un mix d’influences uniques.

11. Quels sont tes projets dans l’immédiat ?

Déjà, on premier album est disponible depuis 2 mois. Intitulé « le son d’après », c’est un album assez futuriste et coloré dans lequel je me dévoile. C’est un album très introspectif.

Beaucoup d’articles en France en parlent, et ça marche assez bien. En ce moment, je prépare le prochain. C’est d’ailleurs pour cela que je suis à Abidjan pour repérer les opportunités, tâter le terrain, voir les arrangeurs avec qui je pourrais collaborer.

Je prévois de petits concerts ici. Le 30 Août, je démarre ma tournée européenne avec près d’une dizaine de dates.

12. Au terme de notre échange, quels sont tes derniers mots ?

Mention spéciale à DJ Arafat. Repose en Paix. Gros bisous aux fans d’Abidjan, de France et de partout. Merci au final à abidjanshow.com

Interview réalisée par Carole G

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,