Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Papa Wemba, déjà trois ans : Retour sur quelques dates inoubliables de sa carrière

24 Avril 2016-24 Avril 2019…
Trois années que s’est éteint à jamais le roi de la sape congolaise en plein spectacle à Anoumanbo, dans le cadre du FEMUA 9.
Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, directeur du label Viva Musica, était âgé de 67 ans et cumulait cinquante années de carrière.
Né le 14 Juin 1949 à Lubefu au Congo Belge (RDC), Papa Wemba est devenu, grâce à sa musique un vrai monument dont la disparition n’a pas ôté le mérite et le prestige; Promoteur de la rumba congolaise, il a en outre participé à l’éclosion de nombreux artistes talentueux tels que Awilo Longomba.
En ce jour anniversaire de sa disparition, revivons quelques dates qui ont rythmé sa vie, sa musique, sa carrière…

Lire aussi : Serge Beynaud en colère répond violemment à un commentaire sous son post

1969 : Naissance de son premier groupe

En cette année, Papa Wemba co-fonde Zaïko Langa Langa avec ses compères Jossart N’yoka Longo, Evoloko, Pépé Felly et Andy Bimi Ombalé

1976-1977 : « Viva la musica »

La musique a été l’essence même de sa vie.
C’est cet amour fou qui l’a poussé à créer son orchestre Viva la Musica, pour que vive la musique.
Ce label va l’accompagner durant toute la suite de sa carrière. Il forme son nouveau groupe autour de jeunes talents.
Les deux premières années de Viva la Musica, sont celles de la collaboration de Papa Wemba avec Koffi Olomidé, alors étudiant. Celui-ci écrit les paroles de certaines chansons de son aîné et s’initie au chant et la scène à ses côtés.

Au cours de cette même année, il initie un mouvement révolutionnaire, celui de la sape qui influence la jeunesse congolaise. L’accent est mis sur l’apparence, tous les détails comptent : L’enjeu : Être « nickel » de la tête aux pieds.

Lire aussi : Serge Beynaud en colère répond violemment à un commentaire sous son post

1984 : Premier succès panafricain

Cette année-là, Papa Wemba éblouit les mélomanes avec « Analengo », un titre marqué de sonorités du terroir qui devient son premier grand succès panafricain.
Il fait avec lui le tour de l’Afrique.
Ce hit se vend à 60.000 exemplaires.

1986 : Premiers pas au cinéma

Après s’être installé en France, le « chef coutumier » du village Molokai débute dans le cinéma avec « La vie est belle », une comédie musicale romantique belgo-zaïroise teintée de drame.

1989 : Éclosion aux Etats-Unis

C’est la revue Africa Oyé dans laquelle il paraît qui le fait connaître aux Etats-Unis.

Décennie 90 : Rencontre inoubliable/ Disque d’or/ Distinctions

Au milieu des années 1990, il fait la connaissance de l’homme qui va donner un second souffle à sa carrière musicale, Peter Gabriel.
Pendant trois années, Papa Wemba est aux côtés du vétéran de la musique pour sa tournée américaine et européenne.
Son succès s’en trouve amplifié.
En 1996, son album « Émotions » est certifié disque d’or aux Etats Unis avec plus de 500.000 exemplaires vendus.
Puis, en 1997, il est déclaré « Meilleure vedette africaine » aux Kora 1997.

Lire aussi : Serge Beynaud en colère répond violemment à un commentaire sous son post

2003-2004 : Démêlés judiciaires

En 2003, Papa Wemba est suspecté d’être au cœur d’une affaire de trafic de visas et d’aide à l’immigration clandestine, à travers ses tournées musicales entre son pays, la République démocratique du Congo, la France et la Belgique. Le 17 février 2003, il est interpellé à Paris et maintenu en détention pendant trois mois et demi. Le 16 novembre 2004, le tribunal correctionnel de Bobigny (France) le condamne à trente mois de prison, dont quatre ferme (préalablement purgés) en 2003, et 10 000 € d’amende pour « aide au séjour irrégulier de clandestins sous couvert de ses activités musicales ».

2016 : Décès tragique au FEMUA 9

Ce 24 Avril restera gravé dans toutes les mémoires.
Présent sur la scène du FEMUA 9 à Anoumanbo, Shungu Wembadio a été pris d’un vif malaise qui l’a brusquement cloué au sol.
Malgré les prières et soins, les dés étaient déjà jetés.
La star incontestée du Soukouss et de la Rumba congolaise, ce grand « sapologue » devant l’éternel, a tiré sa révérence sur l’endroit qu’il affectionnait particulièrement : la scène.

Chaque année depuis sa disparition, un hommage lui est rendu sous tous les cieux.
Immortalisé à jamais, l’esprit de Papa Wemba ainsi que son énergie demeurent au milieu des vivants.

Carole G

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,