Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Portrait : Jah Press, le patron du showbiz burkinabé et le père des Kundés

On l’appelle Jah Press, mais son nom à l’état civil est Salfo Soré. Lui, c’est le maitre incontournable du showbiz au Burkina Faso. Il est surtout le précurseur des Kundés, la plus grande cérémonie de récompense des artistes burkinabés.

Lire aussi : Concert du 1er mai / montant du cachet d’Ariel Sheney : Molare fait des précisions de taille

Son portrait
Jah Press, de son vrai nom Salfo Soré, est l’homme le plus influent du showbiz burkinabé. Il est également très connu dans plusieurs autres pays africains. Né le 3 avril 1968 dans un village du département de Zitenga, il prend vite conscience de sa passion pour la culture et le showbiz. En 1999, après des études de Droit, il fonde alors la structure ‘‘BiZ Art Productions’’ qui intervient dans le marketing opérationnel et dans l’événementiel.

En 2001, alors que ses activités prospèrent, Jah Press, lance la première édition des Kundés, qui récompensent les artistes burkinabés. Une manière pour lui, de contribuer activement à la promotion et l’excellence de la musique de son pays. Mais les kundés honorent aussi d’autres artistes de la sous-région.

Lire aussi : Concert du 1er mai / montant du cachet d’Ariel Sheney : Molare fait des précisions de taille

Un travailleur infatigable…

Marié et père de deux adorables enfants, Jah Press travaille nuit et jour pour venir à bout de ses rêves. Grâce à ses efforts, il a été fait Chevalier de l’ordre du mérite agrafes communication et de la jeunesse et du sport et lauréat des Arcanes du succès du Togo. Aujourd’hui, M.Soré se prépare à vivre les Kundés 2018 qui se déroulera le 27 avril prochain à Ouagadougou. Et il étale toute sa satisfaction.

Lire aussi : Concert du 1er mai / montant du cachet d’Ariel Sheney : Molare fait des précisions de taille

« Les Kundés c’est une belle vitrine pour montrer aux yeux du monde qu’au-delà de ce qu’on pense, il y a la vie au Burkina Faso (…) Que ce soit auprès des salons de coiffure ou des couturiers pour les belles robes, il y a un mouvement qui se crée autour des Kundés. Cela fait qu’il y a une économie informelle qui se greffe autour des Kundés. Il y a aussi les billets pour les invités qui viennent de l’extérieur, la réservation d’hôtels, la location de véhicules, la restauration etc. C’est aussi les artistes cachés au niveau national et international, la décoration, il y a tout le travail qui se crée autour de cet évènementiel qui nécessite une main d’œuvre. Cela est bien pour tout monde », se réjouit Jah Press.

Pour cette 18è édition des Kundés, 15 prix qui seront décernés. Sept artistes ivoiriens sont également en lice notamment les grosses têtes Ariel Sheney, DJ Kerozen, Kedjevara, Stelair ou encore Nash.

Joe Midelli

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,