Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Portrait : Nash, sur les traces d’une grande héroïne

L’image contient peut-être : 1 personne, assis et intérieurJeune, talentueuse, avec le caractère fort qu’on lui connait, SONLOUE Léa Flore Natacha est une jeune Ivoirienne, rappeuse de son état. Née d’une famille de 8 enfants dont elle est la 3ème, elle a une particularité. Elle rappe en ‘’nouchi’’ qui est l’argot ivoirien. Découvrons ensemble Nash.

Qui est Nash ? Née dans la commune de Yopougon mais originaire de l’Ouest de la Côte-d’Ivoire (Petit-Duékoué, Duékoué), Nash a passé son enfance à Danané où elle intègre l’école primaire. Du CP2 jusqu’à la classe de 4ème, elle se retrouve à Man. L’année suivante, pour la 3ème, elle est orientée au Lycée Jeunes filles de Yopougon. Elle échoue une première fois au BEPC, mais est admise en 2nde, classe où elle repasse son examen en candidate libre et l’obtient avec brio.

Amoureuse de la lecture et de la littérature, elle optera bien évidemment pour une série littéraire, décrochant son Bac, série A au Collège Anador de Yopougon. A l’Université, elle s’inscrit en anglais.

Lire aussi : Primud d’Or: Yabongo n’a pas été oublié

Les périodes difficiles de sa vie…

L’image contient peut-être : 1 personneA son arrivée à Abidjan, en 1998, c’était vraiment la galère pour Nash et sa famille. Les réalités de l’intérieur du pays et celles d’Abidjan n’étant pas les mêmes, le père bien que toujours en fonction aura du mal à subvenir aux besoins de sa petite famille. Il est même arrivé que notre future star de dormir à même le sol. Le petit-déjeuner était même un luxe. A tel point qu’elle devait parfois s’appuyer sur sa voisine classe pour déjeuner à l’école.

A peine trouvait-on une chaise à la maison si bien que s’asseoir, et à plus forte raison étudier convenablement, étaient difficiles. Fort heureusement, en 2004, la situation a commencé à s’améliorer pour la famille et, petit à petit, la vie à recommencé à sourire aux Sonloué. Bientôt, elle pouvait dire adieu aux repas sommaire fait uniquement de riz à la sauce gombo, au ‘’riz dans l’eau’’ ou encore le riz à l’huile rouge et piment, évidemment sans poisson ni viande.

D’où lui vient son style ?

Lire aussi : Primud 2018: Ce que vont gagner les lauréats

Jeune, dans un environnement difficile rythmé le banditisme, les palabres de voisinage et autres agressions, ses frères (en particulier l’aîné) ont dû la former aux techniques et mental d’auto-défense, lui apprenant à porter des culottes sous ses robes et jupes afin d’éviter, si possible, toute agression sexuelle. L’aîné avait même créé un dojo à la maison pour la former à la bagarre. Au contact de son frère, Nash adopte progressivement le style garçon.

Ses débuts dans le rap…

Toute jeune déjà, en classe de 6ème, Nash rappait déjà, inspirée la rappeuse ivoirienne Pris’K. Elle fut motivée par son grand-frère Gustave, qui lui apprenait même les gestes et mouvement du HIP-HOP.
Après fut présentée par son ami et grand-frère Etienne au groupe « The Best » qu’elle va intégrer. Ensemble, ils vont créer le collectif exceptionnel avec ses amis. Au début, c’était le rap français qu’elle faisait.

Lire aussi : Barbara Kanam : Portrait de « l’ African Diva » l’une des plus voix du continent

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout et intérieurEn 1998, elle rencontre Boni du groupe RAS. Icône du rap Ivoirien des années 90 et plus. Elle passe un petit freestyle en « nouchi », ce qui va beaucoup plaire à Boni qui voit en elle une potentielle Diva du rap à Ivoirien. Celui-ci l’invite donc à poser sa voix sur une compilation. Ce qui va surprendre Nash qui ne s’attendait pas à entrer en studio de sitôt.

Boni, l’envoie en studio et lui impose un beat celui de « 1er gaou » du groupe Magic System sur lequel elle devrait composer et chanter, mais en « nouchi ». Son texte est corrigé par Boni qui trouvait le « nouchi » un peu trop léger. Elle va enfin poser sa voix sur la musique et sortir son 1er bébé baptisé « 1ère Djandjou ».

Ce son qui captive toute la population ivoirienne. Nash est ensuite appelée pour le tournage du clip. C’est le débute sa carrière d’artiste. Elle multipliera des tournées à l’intérieur de son pays ainsi qu’à l’international dans la sous-région.

Nash grandit dans le milieu artistique….

Nash plus que jamais sûre d’elle avec le succès fulgurant de « 1ère Djandjou » est convaincue qu’elle pourra faire désormais partir des figures emblématiques du HIP-HOP ivoirien.

Lire aussi : Concert Ararat Dj: Molare, toujours fidèle au Yoro (+images)

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes assises, bandes et gros planAlors en 2005, elle va créer le groupe de Rap « Gbonhi yoyoyo » (ndlr : ‘’gbonhi’’ signifie ‘’groupe’’ en nouchi et ‘’yoyoyo’’ pour faire référence au hip-hop). Ce groupe sera composé de plusieurs artistes ivoirien du RnB et du rap ivoirien dont son idole Pris’K, Zongo (artiste-comédien et chanteur) et d’autres encore. Le groupe sort le « Ya quoi même » en 2006 qui est aussi une bombe.

Ensuite elle est cooptée par le rappeur et acteur français Mokobé pour une collaboration sur son album « Mon Afrique » sorti en 2008.

En 2009, elle sort son premier véritable album solo baptisé « Zié dédja » (ndlr : Yeux ouverts). Cette même année, elle intervient sur le titre « Sapologie » de la légende du Rumba Papa Wemba dans son album « Notre père ». En 2014, c’est une reprise du titre « Yete ho » de Papa Wemba avec Nathalie du groupe ‘’Makoma’’ sur son album « Gue dans gue », une production de sa structure 2NPROD (Nash Nouchi Production).

Lire aussi : Concert Ararat Dj: Molare, toujours fidèle au Yoro (+images)

Ses projets…

Nash est une jeune fille déterminée ; elle sait ce qu’elle veut. Très battante et dévouée, elle a eu sa propre maison de production 2NPROD (qui signifie (Nash Nouchi Production). Elle va promouvoir le rap nouchi en initiant le Festival Urbain de Rap ivoire dénommé Festival Hip-hop Enjaillement (F2HE) dont la 6ème édition se tiendra ce samedi 28 Juillet 2018 à Treichville Arras-3, place Ernesto Djédjé. Elle a aussi participé à l’organisation du MASA Hip-Hop lors du grand Marché des Arts du Spectacle d’Abidjan.

Se voulant ambassadrice du nouchi, elle œuvre à valoriser ce patrimoine culturel ivoirien ainsi que le droit de la femme. Pour ceux qui l’ignorent, Nash avait même créé un dictionnaire nouchi avec des milliers de mots, qui devrait passer sur le marché. En gros, Nash est une femme accomplie qui sait ce qu’elle veut et sait se battre pour l’avoir.

Dylaurette YOUKOU

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,