Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Entretien exclusif avec Nour : Il révèle tout sur son départ d’Overcom Music

Star montante ivoirienne du rap, Nour s’est ouvert à la rédaction de Abidjanshow.com il y a quelques jours. Avec lui, nous avons rebondi sur l’actualité brûlante du moment : son départ du label Overcom Music, épluché les projets de l’artiste, son actualité, les à-côté de son concert à Yamoussoukro, ses prochaines dates.
Découvrez sans transition aucune l’intégralité de son entrevue avec abidjanshow.com.

Lire aussi : People : Max Gradel raconte une douloureuse anecdote sur sa mère et son enfance

1. Déjà trois mois que nous t’avons reçu dans nos locaux, comment vas-tu depuis ce temps ? Quelle est l’actualité de Nour ?

Je vais très bien. Concernant l’actualité musicale, je viens de sortir un single dont le clip sera d’ailleurs bientôt disponible.
J’ai aussi un concert à Grand-Bassam à la salle des spectacles d’Ibiza, prévu le 6 Avril prochain.

2. Dis-nous un peu plus sur ce nouveau single

Le titre, c’est « Faut pas pleurer ».
Je m’adresse spécifiquement aux femmes, je leur demande de s’armer de courage quand surviennent les situations qui entraînent le chagrin.
On me voit comme un bad boy à cause de certains mots que j’utilise dans mes titres tels que Kpoclé.
A travers « Faut pas pleurer », je montre une autre facette de moi, je pars sur une note d’espoir car beaucoup de personnes vivent ce genre de situations.

3. Parlons de ton concert à Yamoussoukro en Janvier dernier qui était par ailleurs le premier grand concert de ta carrière. Comment l’as-tu vécu ?

C’était un concert avec du stress. Il y avait beaucoup de tensions mais rien d’agressif. Me concernant, j’ai stressé jusqu’à ma montée sur scène. Quand j’ai vu la foule venue pour moi, la pression est redescendue. Mais l’adrénaline était présente en moi, même deux jours après le concert.
C’était au final une très belle expérience grâce à laquelle, j’ai gagné en confiance.

Lire aussi : People : Max Gradel raconte une douloureuse anecdote sur sa mère et son enfance

4. Nous supposons qu’aujourd’hui, tu ressens moins de stress à l’approche ton prochain spectacle prévu en Avril prochain…

Oui, j’aborde cela avec beaucoup plus de sérénité. Disons que je passe au CP2 (rires). Je réserve d’ailleurs de belles surprises à mon public, parmi lesquelles une belle brochette d’artistes de ma génération car il faut se promouvoir les uns les autres.

5. Abordons à présent le sujet de la non reconduction de ton contrat avec Overcom Music. La surprise a été de taille pour tous ; que s’est-il réellement passé ?

Il n’y a aucun problème. J’ai décidé de ne pas reconduire mon contrat qui arrivait à échéance tout simplement.
La raison étant que j’ai décidé de gérer mes affaires par moi-même, de voler de mes propres ailes, de grandir.
Ce n’est pas de l’ingratitude. Je suis reconnaissant. Overcom m’a aidé dans mon évolution. Il est juste temps pour moi de voguer vers d’autres horizons.

6. Quel est aujourd’hui l’état de tes relations avec Diego Siani qui est le premier responsable du label ?
Nous ne nous sommes pas encore vus depuis la rupture. Cela devrait se faire cette semaine.

Lire aussi : People : Max Gradel raconte une douloureuse anecdote sur sa mère et son enfance

7. Que retiens-tu de ces trois années passées au sein du label ?
En trois années, j’ai beaucoup appris. Cela m’a permis de comprendre le fonctionnement du showbiz, d’ouvrir les yeux sur beaucoup de choses, de me forger. Je ne regrette aucunement cette expérience. J’ai obtenu un diplôme supplémentaire dans l’école de la vie.

8. Doit-on s’attendre à un album ou tout autre projet en cette année ?

Je pense effectivement à un album ; j’ai de nombreux sons dans l’antichambre, mais je me donne le temps.
Le plus important n’est pas de faire un album, mais de faire un album qui cartonnera. Je me donne le temps.
Après cela, j’aime bien le cinéma de sorte que si j’ai une opportunité dans ce sens cette année, je n’hésiterai pas.

Carole G

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,