Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

[PORTRAIT] Claudia Tagbo/ Tatiana Rojo : Parcours de deux comédiennes ivoiriennes qui ont « percé » dans l’Hexagone

La première intervient sur les planches, dans le cinéma et la télévision. Adulée, elle a été sacrée « humoriste préférée des Français ». La seconde fait son petit bonhomme de chemin dans le cinéma où elle fait partie aujourd’hui des incontournables du milieu.

Ces deux braves dames originaires de la Côte d’Ivoire possèdent la même détermination et force de caractère. Talentueuses, charmantes, voici leurs parcours…

Claudia Tagbo

Image associéeNée à Abidjan en 1973, Claudia Tagbo vit son enfance à Chanac, une commune française. Très tôt, la jeune Ivoirienne se découvre un penchant pour le théâtre.

Après l’obtention d’un bac professionnel en Comptabilité, la jeune passionnée qui essuie un échec aux épreuves d’entrée au Conservatoire de Montpellier, choisit de suivre des études en arts du spectacle à l’université Paris-VIII où elle décroche une Maîtrise Arts du spectacle.

Lire aussi : KUNDE 2019 : Voici tous les nominés nationaux et internationaux de cette 19e édition

Dès lors, Claudia, prête à se déployer et montrer au monde son talent, s’investit à corps perdu dans son choix de carrière : la comédie. Surmontant le trac et autres situations inconfortables qu’elle rencontre au début de carrière, la comédienne apprend, aux côtés des plus grands tels que Stanislas Nordey, Élisabeth Rappeneau, Julien Leclercq, Olivier Dahan…

Sûre de sa vision, elle se lance peu après dans le stand up et débute sa carrière d’humoriste en 2006 dans le Jamel Comedy Club, de Jamel Debbouzze.

Que retenir du jeu de Claudia Tagbo ?

Résultat de recherche d'images pour "Claudia Tagbo"Sur scène, elle se transcende. Ultra naturelle, la belle ne s’alourdit d’aucun filtre quand elle joue. Partant de l’accent africain à celui de l’Occident, elle peint et caricature avec dextérité des faits quotidiens.

Dotée d’une grande aisance scénique, miss Tagbo est parvenue à s’imposer comme l’une des rares femmes noires africaines à être autant adulée par le public occidental. Elle porte d’ailleurs l’étiquette de « l’humoriste préférée des français ».

Bien au-delà de son talent fou, Claudia se distingue par son sérieux et son professionnalisme, ce qui évite tout débordement et raffine le travail de l’artiste. Plus encore, même dans la maladie, Claudia a démontré que rien ne la ferait flancher. Elle s’est même découvert une force surnaturelle, lorsque, dans le courant des années 2000, elle a appris qu’elle souffrait d’un cancer du sein.

Lire aussi : Adrienne Koutouan chez son parrain Beugré Mambé

Torse bandé, malgré les lourds traitements qui lui pesaient, elle n’a rien lâché, assurant ses shows avec une hargne et un tonus renouvelés.

Pour la Franco- ivoirienne, le travail a accéléré sa guérison. Riche d’une carrière très remplie, Claudia Tagbo s’est produite dans de nombreux films, dont « Le crocodile du Botswana », « Fatou la Malienne », « Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon Dieu », dans plusieurs courts métrages, quatre one woman shows réalisés de 2008 à 2017. Elle excelle dans l’animation, dans la réalisation et la mise en scène.

Drôle, avenante, la belle dame à l’âme rieuse, qui a comme un air de ressemblance avec l’icône féminine du théâtre ivoirien Adrienne Koutouan, n’a pas fini de faire rire ses fans.

Tatiana Rojo

Image associéeConnue sous le sobriquet d’Amœn Tati (signifiant « Moi, Tati » en langue locale Bété), Tatiana Rojo, née Assa, est une Ivoiro-gabonaise. Son père ingénieur agronome d’origine gabonaise et sa mère originaire de l’Ouest de la Côte d’Ivoire (Bété de Soubré) divorcent peu après sa naissance.

Tatianna passe sa petite enfance et son adolescence dans la ville de San Pedro, où elle fréquente l’école.
Les débuts sont plutôt difficiles pour la petite Africaine qui a baigné les premières années de sa vie dans la culture occidentale. Peu à peu, elle prend goût à la vie ivoirienne, s’y plaît.

Dès la classe de 5eme, elle se familiarise avec le théâtre en jouant plusieurs pièces dans son établissement.

En 2007, elle joue son premier rôle dans le long métrage « La Rivale «  de Edouard Carrion. Ensuite s’enchaînent pour la belle Tati des rôles dans une vingtaine de films à succès tels que « Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? », « Danbé la tête haute », « Le crocodile du Botswanga ».

Lire aussi : Justice : poursuivi par son ancien associé, Drogba réagit et menace…

Elle est aujourd’hui l’un des visages qui portent haut le flambeau de la culture ivoirienne, africaine dans le cinéma européen.

En 2016, Tatiana Rojo a été décorée du Prix national d’excellence des Arts Vivants en Côte d’Ivoire pour son parcours professionnel !

Que retenir du jeu d’Amœn Tati?

Résultat de recherche d'images pour "Tatiana Rojo"Pétillante, âme d’enfant, deux mots qui résonnent quand le nom de la jeune dame est évoqué. Comme des bulles d’un champagne bien frais, Tatiana est pétillante.

Son amour pour la scène est si communicatif qu’elle laisse, par son jeu, peu de personnes indifférentes. Sa grande âme d’enfant rejoint celle de sa consœur Claudia Tagbo.

Son style est d’un naturel explosif teinté d’une once de sensualité. Deux femmes qui se valent, deux poids qui exportent le nom de la Cote d’Ivoire au-delà des frontières et qui n’ont pas achevé leur course. La route est bien longue, elles n’ont pas donné tout ce qu’elles ont dans les tripes mais le niveau actuel de leur réussite mérite d’être acclamé.

Carole G

Commentaires

Commentaires