Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Portrait Hommage / Retour sur la vie controversée de « Comrad Bob »

Ce vendredi 6 Septembre 2019, un grand homme s’en est allé au pays de l’Éternel.
C’est aux environs de 2h à Singapour que les dés ont été jetés pour l’ex-chef d’État zimbabwéen qui était alité depuis quatre mois, a-t-on appris.
Connu pour ses citations très hilarantes mais d’une étonnante justesse, Robert Mugabe a par ailleurs été décrit de son vivant comme l’un des pères de l’indépendance du Zimbabwe avant de jouir d’une moins bonne notoriété.
Il demeure à ce jour le plus vieux chef d’Etat en exercice au monde (93 ans lorsqu’il quittait le pouvoir en 2017).
Sans transition aucune, redécouvrons Robert Mugabe alias « Comrad Bob » à travers cet article qui retrace sa vie, son parcours….

Lire aussi : Zimbabwe : Robert Mugabe décède à l’âge de 95 ans

Naissance et enfance à la fois très riche et modeste…

Robert Mugabe n’est pas de la trempe de personnes nées avec une cuillère en or à la bouche.
C’est en 1924 précisément le 21 Février qu’il voit le jour à Kutama en Rhodésie du Sud (actuel Zimbabwe), d’un père immigré du Nyassaland (ex-Malawi) nommé Robert Gabriel Mugabe et d’une mère modeste mais très aimante.
L’enfant grandit à la mission catholique jésuite de Kutama, loin de son père qui abandonne le foyer conjugal en 1934, quand « Robert Junior » n’a que 10 ans.
Près de sa mère, Robert croit, surtout en intelligence puisqu’il se passionne pour la lecture et les études et est qualifié d’enfant solitaire.

Obtention de sept diplômes académiques…

La valeur n’attend point le nombre d’années,a-t-on coutume de dire.
A seulement 17 ans, Robert Mugabe, surdoué obtient son diplôme en enseignement et rejoint l’université de Fort Hare, en Afrique du Sud, pour y étudier l’anglais et l’histoire.
Diplômé en 1951, il poursuit ses études à Driefontein à Salisbury (1953), à Gwelo (1954) et au Tanganyika (1955-1957) puis obtient par correspondance une licence en enseignement à l’université d’Afrique du Sud et une licence d’économie à l’université de Londres.
Pendant trois années, il exerce comme enseignant à Lusaka capitale de l’ex-Rhodésie du Nord, puis à Accra au Ghana. Le total de ses diplômes obtenus au cours de ces années est au nombre de 7, une véritable prouesse.

Lire aussi : Décès Robert Mugabe : Macky Sall présente ses condoléances au peuple zimbabwéen

Une page d’amour tournée, une autre s’écrit…

En 1961, il épouse Sally Hayfron, l’une de ses collègues enseignantes avec qui il a un fils, Michael Mugabe, (décédé en 1966 à 3 ans).
En 1987, encore marié, il entame une relation extra conjugale avec sa secrétaire Grace Marufu puis l’épouse en 1996, quatre années après le décès de son premier amour Sally.
Une page se tourne officiellement, une autre aventure avec celle qui lui donna trois enfants entre 1988 et 1997.

Parcours politique et controverses…

C’est en Afrique du Sud où il part étudier dans le cadre de sa fonction d’instituteur que Robert Mugabe s’initie au marxisme (ndlr : mouvement théorique et politique qui se base notamment sur l’expérience des luttes populaires, sur une analyse économique du capitalisme, sur une conception matérialiste de l’Histoire et s’appuie sur les écrits de Karl Marx) avec des membres de l’ANC (Congrès national africain), le parti anti-apartheid de Nelson Mandela.
De retour dans son pays, toujours dans les années 1960, il crée son parti appellé ZANU (L’Union Nationale Africaine du Zimbabwe) avec le révérend Ndabaningi Sithole (en) et l’avocat Herbert Chitepo qui avait pour but, entre autres, de lutter contre le régime blanc raciste de Ian Smith (ndlr : Premier ministre de Rhodésie du 13 avril 1964 au 1ᵉʳ juin 1979 et dirigeant du pays) . Révolté par une gouvernance raciste et tournée exclusivement vers les Blancs au détriment des Noirs, Robert Mugabe mène cette lutte de façon si ardue qu’il flirte avec la prison de 1964 à 1974.
En cellule (en 1966), il perd son fils de 3 ans né de son idylle avec sa première épouse, et ne se voit pas accorder le droit de se rendre à ses funérailles ; Un évènement qui le choque au plus haut point et accroit son aversion envers les colons.

Lire aussi : Grace Mugabe bientôt devant les tribunaux : Voici pourquoi

Relâché en 1974 sous les pressions de John Vorster, Premier ministre d’Afrique du Sud qui cherche à trouver des interlocuteurs modérés au gouvernement blanc d’Ian Smith, il quitte le pays pour le Mozambique, où il prend la direction de la branche militaire de la ZANU, la Zimbabwe African National Liberation Army (ZANLA), pour mener la guérilla contre le gouvernement d’Ian Smith avec le soutien des communistes du Front de libération du Mozambique.
En 1980, après les accords de Lancaster, qui conduiront à l’indépendance de la Rhodésie, « Comrade Bob », toujours marxiste dans l’âme, devient Premier ministre. Il accède au statut de héros national.
Le 18 avril 1980, Robert Mugabe devient Premier ministre du nouvel État du Zimbabwe, tandis que Canaan Banana en devient le président.

En 1990, il est élu président de la République et fait part de son intention d’imposer institutionnellement la ZANU-PF comme parti unique et de transformer l’État en régime marxiste.
Robert Mugabe est réélu en 1996, à la suite du retrait de ses adversaires Abel Muzorewa et du révérend Ndabaningi Sitholé. Lors de l’élection présidentielle de 2002, Robert Mugabe obtient 56 % des voix contre Morgan Tsvangirai, président du tout nouveau Mouvement pour un changement démocratique (MDC).

Les élections générales de 2008 interviennent alors que le Zimbabwe, ancien grenier à maïs de l’Afrique australe, est en ruine, quatre adultes sur cinq au chômage et les pénuries alimentaires et énergétiques les plus graves de l’histoire du pays et alors que l’espérance de vie est tombée à 56 ans.
Accusé de monopoliser le pouvoir, Robert Mugabe a selon plusieurs avis, contribué à plonger le pays dans le chaos, la disette ;
C’est par un coup de force car lâché par son armée et son parti que le zimbabwéen a dû abandonner le pouvoir en 2017 alors qu’il comptait faire de son épouse Grace Mugabe celle qui lui succèderait.
Homme engagé, il a aussi mené un combat très personnel contre l’homosexualité dans son pays.

Lire aussi : La chute de Mugabe : un séisme dans la Chinafrique

9 citations marquantes attribuées au politicien de son vivant…

Ces citations font partie de celles qui ont été attribuées à l’homme de son vivant.
Vraies pour certaines, moins sûres pour d’autres, elles lui collent en tout cas à la peau

1. « C’est dur d’ensorceler une fille africaine de nos jours. Chaque fois que tu amènes un bout de ses cheveux à un sorcier, c’est une brésilienne innocente qui devient folle, ou alors une usine en Chine qui prend feu »

2. « Il faut respecter les femmes enceintes car ce n’est pas facile de se promener avec la preuve d’avoir couché avec un homme …

3. « Un homme qui aime tellement sa femme et qui ne veut pas l’user est obligé de se servir de celles des autres »

4. « Les femmes qui se rasent les sourcils et les dessinent au crayon ne devraient pas demander de l’argent pour faire leurs cheveux. Elles peuvent très bien se raser les cheveux et dessiner au crayon la coiffure de leur choix….. »

5. « Si vous êtes laides, vous êtes laides. Cessez de parler de beauté intérieure. Les hommes ne marchent pas avec des lunettes à rayons X ».

6. « Le problème lorsqu’on sort avec des filles minces c’est qu’on ne sait pas si elles ont besoin d’amour ou de nourriture »
7. « Quand vous faites l’amour avec une fille d’une autre nationalité, faites le très bien car vous représentez tout un pays ».

8. « Même Satan n’est pas homosexuel. La preuve est qu’il a préféré aller vers Eve plutôt que vers Adam ».

9. « Lavantage avec la femme africaine est que quand elle décide de partir, tu as encore deux ans pour la reconquérir ”.

Adieu « Comrad Bob », que la terre te soit légère et merci d’avoir marqué ton passage terrestre.

Carole G

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,