Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Portrait: Renato Vilar (DG de RV1O Consulting & Services)

De « Moët & Chandon » à RV10 Consulting, Renato toujours dans les bulles…

Dans le milieu de la nuit et de l’événementiel en Côte d’Ivoire, il est, depuis bientôt cinq ans, affublé du sobriquet de « Monsieur Champagne ». Et certaines marques de ce nectar lui collent à la peau. Depuis quelques mois, Renato Vilar dont il s’agit, a pris du recul.

Il revient à son propre business à travers sa propre structure « RV1O Consulting & Services » qu’il a mise sur pied. Une structure spécialisée en conseil marketing, Training, Activation des marques, Placement de produits et Événementiel.

Lire aussi : CAN 2019 / Eléphants : De faux maillots vendus sur le marché, la FIF met en garde…

Pour son retour, il signe avec la société française FAN (Franco Africaine de Négoce), son nouvel employeur spécialisé dans l’exportation des produits de grandes consommations. Et « Nicolas Feuillatte » est l’une des marques avec lesquelles il fait son comeback.

Comptant sur ses stratégies dont lui seul en a le secret, Renato Vilar a pour objectif de faire rapidement adopter par les Ivoiriens son nouveau champagne de qualité.

Mais avant cela, nous vous livrons le parcours de ce jeune battant à travers cette lucarne.

Parcours scolaire et universitaire

Originaire de Dabakala, Pekahoro Venceslas, bien connu sous le pseudonyme de Renato Vilar, fait son parcours scolaire (Primaire et Secondaire) à Dabakala et Katiola, dans sa région d’origine (Vallée du Bandama).

Alors qu’il est étudiant à Bouaké, les réalités vont le faire dévier de ses objectifs premiers. Car le jeune Djimini venu de Dabakala qui voulait devenir Avocat sera contraint de tout abandonner « par amour », après s’être découvert un autre talent :

celui de passionné du monde du showbiz et donc de la culture.

Ainsi, il arrêtera prématurément ses cours de Droit pour suivre sa filière de prédilection, suivant en cela sa « vocation ».

Renato raconte comment, des amphithéâtres qui conduisent habituellement au temple Thémis, il s’est retrouvé allègrement et sans forcer, dans le monde de la nuit et des Events :

Lire aussi : Apès la société de téléphonie mobile, le nouveau business de Samuel Eto’o en Côte d’Ivoire

« Tout est parti de la « Cité Forestière », à la Faculté de Bouaké, dont j’étais l’animateur et le maître des cérémonies qui s’y déroulaient. En plus de cela, avec mon compagnon et ami fidèle Deschamps CI, organisions des spectacles à l’intérieur du pays.

On faisait venir nos amis artistes pour des prestations dans des villes comme Katiola, Dabakala, Tortiya… C’est ainsi que nous avons fait nos premiers pas dans le showbiz. Nous animions également dans des night-clubs, des animations Wôyô ».

Ayant pris goût à ce milieu, Renato va donc laisser le Droit pour s’orienter dans le domaine qui le sied le mieux, convaincu d’avoir dit adieu au Droit.

De Bouaké à Abidjan

En 2002, à la faveur de la crise, l’étudiant de Bouaké se retrouve à Abidjan avec son binôme Deschamps Côte d’Ivoire. Il reprennent leurs activités dans le monde du showbiz comme il le raconte ici :

« Une fois à Abidjan après la guerre, nous avons organisé le concours national de Wôyô. Ce qui nous a permis de connaître véritablement le milieu de la nuit et du Zouglou duquel je suis plus proche. Car c’est ma génération et je la soutiendrai toujours».

Il vire tout naturellement vers la communication et le marketing en tant que commercial dans le groupe Diageo.

L’aventure chez Diageo et Moët&Cie

Très percutant sur le terrain grâce au coaching de ses responsables et experts que sont messieurs Paul Doma Ouattara et Koné Siaka, le jeune commercial venu de Bouaké va se positionner rapidement dans le circuit. C’est grâce à cette école qu’il se fera une renommée dans ce secteur à « Diageo » et ensuite chez « Moët&Cie ».

« Je suis rentré à Moët grâce à mes résultats chez Diageo, notamment les relances des marques internationales qui avaient disparu comme «J&B», «Baileys», « Johnny Walker». J’y ai passé 5 années.

Ce sont donc ces actions que nous avons menées sur le terrain grâce l’appui de mes maîtres formateurs qui m’ont façonné et modelé dans ce métier.

C’est de ce travail abattu grâce à eux que j’ai été repéré par un grand groupe, « Moët&Cie », pour faire la promotion de ses marques en Côte d’Ivoire. Comme il a fait 5 anschez Diageo, donc il est aussi resté chez Moët 5 ans.

Son nouveau challenge avec sa structure « RV1O Consulting & Services »

Lire aussi : Solibra au SILA pour promouvoir la littérature ivoirienne

Après 10 années passées aux services de ces deux structures qui l’ont positionné, Renato se lance à son propre compte avec sa société « RV1O Consulting & Services ».

« Après avoir bossé pour la première maison de spiritueux au monde et Diageo, Renato a décidé de monter sa société et de travailler désormais en tant que consultant. J’ai donc mis sur pied « RV1O Consulting & Services » pour travailler avec différentes marques et pour diverses raisons.

Mon employeur est l’Agence Netter basée en France. Elle a des représentations dans plus de 10 pays en Afrique, dont la Côte d’Ivoire où elle est représentée par « Sodirep ». C’est donc une société assez cotée qui m’a fait appel pour que je représente plusieurs maisons de champagne dont la première est «Nicolas Feuillatte». » Précise le nouveau DG.

Son défi avec son nouveau champagne

Pendant cinq ans, il a bataillé, soutenu par l’équipe de « Moët & Chandon » pour imposer ce champagne dans les habitudes des Ivoiriens. Son image désormais associée à cette marque, il se met à son propre compte et revient avec un autre champagne aussi « élégant », avec lequel il compte dompter les Ivoiriens.

Vu le travail déjà abattu pour l’autre marque, Renato, est très optimiste car pour lui, c’est le travail bienfait des hommes qui fait les grandes marques.

«Aujourd’hui, c’est le champagne que ces derniers consomment. Ce qui veut dire que le marché est grand, porteur et en plein développement », rassure Renato Vilar qui, avec un bon réseau et une belle stratégie, arrivera à imposer « Nicolas Feuillatte » en le hissant à un rang assez honorable en Côte d’Ivoire.

Lire aussi : Can 2019, brassard, don spirituel… Un prophète fait des révélations sur Asamoah Gyan, sa défunte mère et la sélection ghanéenne

A propos de son nouveau produit sur le marché, voici ce qu’il en dit :

« C’est le champagne le plus consommé en France quand on sait ce que représente ce pays pour les Ivoiriens. Et c’est un champagne qui existe seulement depuis 1960 mais occupe le 3e rang mondial derrière ceux qui ont plus de 100ans au moins d’existence. C’est la plus jeune maison de champagne, mais avec une dynamique dans laquelle je m’inscris car elle correspond à ma vision des choses», argumente-t-il face aux Ivoiriens et aux amoureux de bon champagne.

Son message aux Ivoiriens, amoureux de bonnes boissons de luxe

Le Boss de « RV1O Consulting & Services » Renato Vilar, prévient donc sa clientèle et ses partenaires qu’il est désormais présent sur le marché local avec un nouveau champagne très peu connu, mais qu’il entend positionner au rang de 2e ou 3e sur le plan national. Et pourquoi pas, dans un futur très proche, le hisser à la première place et en faire le leader.

« A tous les hommes de la nuit, à tous les amateurs de bonnes boissons et des bulles, j’informe que je reviens dans le milieu avec de nouvelles bulles, « Nicolas Feuillatte ». Nous allons leur apprendre à le découvrir, à l’aimer, à le consommer et aussi construire des événements autour de cette marque. Et ainsi montrer notre force de frappe aux yeux du monde », lance Renato, comme message à tous comme pour signer son retour…

Par A.K

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,