Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Portrait : Shan‘L, une fonceuse qui touche à tout

Le 6 février 1989, sous l’Equateur au Gabon, naissait une magnifique princesse baptisée du nom de Channelle LEKONGO. Dès son premier cri à la naissance, ses parents perçoivent sans doute que cette fillette était prédestinée à vendre sinon un grand talent, du moins un énorme potentiel inné qui n’est rien d’autre que sa voix.

D’où vient Shan’L « La Kinda » ?

Originaire du Gabon (province du Haut-Ogooué), Channelle, très jeune, commence déjà à chanter dans la chorale ‘’Ange ABC’’ de son lycée, le Lycée Léon M’ba où elle est le lead vocal tout en étant la chorégraphe de sa troupe.

Elle fait ainsi ses premiers pas dans la chanson. En 2012, à l’âge de 23 ans, Channelle est passionnée par autre chose : elle ambitionne être la reine de beauté du Gabon.

Elle va donc cette année-là se présenter au concours de beauté ‘’Miss Gabon’’ dont elle franchit les paliers pour se hisser en finale mais ne sera pas sacrée. Mais ce ne fut pas pour lui déplaire puisque ce jour-là, quelque chose de plus grand l’attendait : elle décrocha la clé de sa nouvelle et véritable carrière : celle de la musique.

Lire aussi : Réconciliation, les acteurs du Coupé Décalé : « Arafat Dj et Debordo Leekunfa, n’ont plus droit à l’erreur »

En effet, notre princesse ne décrochera pas la couronne certes, mais un événement va déclencher quelque chose de magique pour la suite de sa vie.

En effet, Channelle, dans les coulisses, va, de sa douce voix suave dont on connait aujours’hui les mille saveurs, entonner, en l’honneur de l’anniversaire d’une responsable du comité d’organisation de Miss Gabon, un vibrant et chaleureux ‘’happy birthday » qui donnera des frissons à tous les témoins, et des larmes de bonheur à la concernée. La qualité particulière de sa voix qui, ce jour-là, n’échappera pas à l’ouïe très très fine et très musicale d’Edgard Yonkeu, ce dénicheur de talents qui a, sur-le-champ, reconnu la merveille que pouvait constituer sur scène cette jeune fille.

Lire aussi : Palais de la culture : Safarel Obiang rend la monnaie à Force One

Mais qui était cette beauté à la voix d’or ?

Yonkeu est immédiatement séduit par cette voix d’ange. Il décide immédiatement de la prendre sous son aile. Et en 2012, Channelle devient Shan’L et fait son premier featuring avec le rappeur gabonais F.A.N.G sur le titre « Dormir seul ».

Cette même année, elle sera cooptée pour un autre featuring avec Arielle T dans le titre «L’aveu ». Et à sa plus grande surprise, ce titre la propulse dans l’arène de la gloire musicale locale alors qu’elle-même ne vendait pas cher la peau (pour ainsi dire) de cette chanson improvisée qui est sa première véritable production, signée chez « Direct Prod », qui reste encore sa maison de production.

Le succès de ce titre est tel que Shan’L et Arielle T feront des tournées dans la sous-région et même en Europe. Elle sera sollicitée par la suite pour plusieurs featuring et pour les chœurs de certains artistes. Se sentant enfin prête à voler de ses propres ailes, Shan’L entre en studio pour enregistrer son propre album.

Lire aussi : Serge Beynaud, Mix Premier… Debordo fait une leçon à tous les artistes du Coupé-Décalé

Le concours qui vient la confirmer…

En 2015, alors qu’elle est toujours en studio pour la sortie de son album, La Kinda décide de se lancer dans le concours panafricain de chant « Airtel trace music star ». Elle est sacrée lauréate nationale et sortira par la suite le single «Je me bats pour réussir » dans lequel elle dénonce les calomnies, la jalousie et tous les mauvais sentiments.

Elle se rendra ensuite au Kenya représenter son pays à la phase finale ; malheureusement, la jeune Gabonaise ne franchira pas le cap des demi-finales. Mais l’expérience n’en est pas moins exaltante, moins gratifiante et moins formatrice.

Cette même année, exactement le 21 août, c’est la sortie officielle de son album intitulé « Shan’L is my name ». Un album de 17 titres, dont « Maria », «Je me bats pour réussir » et « Où est le gars ?», cette dernière écrite et composée par le magistral Singuila et qui connaîtra le phénoménal succès que l’on sait.
Un album qui renferme des sonorités multicolores telles que le R&B, l’afro-pop.

Shan’L  » La Kinda », désormais une marque déposée…

A travers cet album, Shan’L donne une fois de plus toute la mesure de son talent. Elle sera donc sollicitée dans plusieurs projets, des featurings dans son pays et en dehors, et prêtera même sa voix pour le générique du concours « Gabon Talent Show » accompagnée de son compère A2T.

Lire aussi : Disque d’Or de Yabongo Lova : L’APRODEMCI explique tout

Shan’L très dynamique, au niveau de la voix comme même du style de musique et sur scène, en 2016, sa maison de production « Direct Prod » décide de la faire venir en Côte d’Ivoire pour une collaboration avec le label Boss Playa afin de perfectionner sa voix. Un grand coup de cœur pour l’artiste qui avoue avoir beaucoup appris de cette collaboration, dont naîtra son bébé « My love » qui montre une autre facette de Shan’L et va asseoir définitivement sa réputation.

De cette même collaboration va naître un autre bébé : « Je te suivrais » en featuring avec l’Ivoirien Rico.

2018, l’année de la maturité pour La Kinda…

Convaincu du plus qu’a apporté à sa carrière la coopération avec Boss Playa, « Direct Prod » la maison de production de Shan’L décide de garder de bons rapports avec ce label ivoirien et va enregistrer toujours avec lui le tout dernier single de La Kinda, « Tchizambengue ».

Ce dernier, bien que sujet à polémique sur la Toile, va pourtant faire exploser le compteur de l’audimat avec plus de 2 millions de vues en seulement 1 mois après sa sortie, bien mieux que « Bonobo » qui, après un an, a réalisé (seulement) un million de vues.

Une performance qui vient confirmer la maturité de notre star qui ne souhaite pas s’arrêter là. Que nous prépare la petite merveille du Gabon, pour la suite ? Attendons de voir.

Dylaurette YOUKOU

Commentaires

Commentaires