Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Portrait: Rootskin, un passionné de musique

C’est à Songon Kassemblé, son village natal qu’il est piqué par le virus de la musique. En effet, depuis son enfance, Rootskin écoutait les Burning Spears, Peter Tosh et Gregory Isaac, qui étaient ses idoles. Passionné de musique reggae donc, Rootskin réalise sa première maquette alors qu’il est encore élève. “Depuis 1990, j’ai décidé de me lancer dans une carrière musicale reggae-roots. J’avais donc commencé à composer sous inspiration divine, des chansons du présent album. Avec les conseils des uns et des autres, j’ai choisi de terminer entièrement mes études et d’être financièrement autonome de sorte à pouvoir produire moi-même mon album” confesse Rootskin.

Lire aussi : Abi Reggae Festival: On va fumer encore !

La rencontre avec Hamed Farass
Avec Hamed Farass, ils unissent leur passion commune pour le reggae. Au Lycée, ils font chemin ensemble jusqu’au BEPC. ” Après l’école, nous allions faire la musique chez Hamed. Et nous allions aussi souvent en ville pour partager cet amour… C’est en après la classe de 3e que nous avons été séparés.”, confie Rootskin.
Orientés tous les deux en 2nde C, Hamed Farras sort sa première œuvre musicale qui le révélera à la Côte d’Ivoire et au monde. Malgré le succès de son ami, Rootskin se consacre à ses études pour respecter la promesse faite à ses parents. Toutefois, il se forme musicalement.

Malgré les études, il se forme et se perfectionne musicalement
Ne dit-on pas : “Qui veut aller loin ménage sa monture”. C’est ce que fait N’dolin Guy Antoine Élisée alias Rootskin. Il intègre des chorales. Il est désigné “Maître de chœur” et “organiste” de l’Église catholique Apostolique Romaine. Ensuite, il devient Musicien, Producteur, Manager d’Artistes et Arrangeur. Après ses études sanctionnées par un diplôme d’ingénieur informaticien qui lui permet exercer actuellement dans une structure étatique du pays, Rootskin sort “Glory to Jah”.

Lire aussi : Bob Marley a régné sur Abidjan

“Glory to Jah”, première expérience musicale
“Jah Glory”, sa première expérience musicale, matérialise son rêve d’enfance. Une autoproduction de l’artiste composée de 10 titres. Elle est teintée de couleurs musicales de ses idoles que sont Gregory Isaac et autres. Cette œuvre a été entièrement enregistrée en live et chantée en anglais, Ebrié et Nouchi. “Cet album chante les louanges à Dieu. Dénonce les actes impérialistes de Babylone et les mauvaises actions des hommes”, précise l’artiste.
Enregistré au Studio DMB de Yopougon, il a été arrangé par Apotcho Strong en collaboration avec Moses Doumbia, mixé et mastérisé par Serges Assouan Ashanty Baba. Avec les dix compositions que comporte “Glory to Jah”, déjà disponible dans les bacs et sur les plates-formes de téléchargement légal, Rootskin compte marquer d’une pierre blanche sa présence sur la scène musicale.

Par A.K

VOUS AIMEREZ AUSSI

Share, , Google Plus, Pinterest,