Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Procès Bouaké: Dominique de Villepin dénonce «le poison du soupçon» – RFI

Au procès du bombardement du camp français de Bouaké, l’audition des témoins se termine ce mardi 13 avril. Après l’ancien ministre des Affaires étrangères Michel Barnier, ce fut au tour de l’ex-ministre de l’Intérieur Dominique de Villepin de témoigner.

Il dit ne plus être avocat. Cité comme témoin au procès de l’attaque contre le camp français de la force Licorne qui a tué neuf soldats français le 6 novembre 2004 à Bouaké, Dominique de Villepin s’est pourtant livré pendant deux heures à une véritable plaidoirie.

Costume sombre, ton grave, l’ancien ministre de l’Intérieur a tenté de démontrer méticuleusement que son ministère n’avait pas à traiter ce dossier. Comme Michel Barnier la veille, il dit ne pas avoir été informé personnellement de l’arrestation par les autorités togolaises des présumés pilotes des Sukhoi qui ont bombardé le camp de Bouaké.

Deux télégrammes, dont un urgent, ont pourtant été envoyés à ses équipes pour informer de l’arrestation de ressortissants slaves. Mais l’ex-ministre pointe le formalisme de ce dernier message, qui n’a été adressé à personne directement. De toute façon, explique-t-il, ce télégramme-là a été traité par les deux autres ministères : la Défense et les Affaires étrangères. Deux ministères qui font partie, selon lui, avec l’Élysée d’un « triangle de responsabilités ». LIRE LA SUITE

VOUS AIMEREZ AUSSI