Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Procès Guillaume Soro: les soldats de la garde rapprochée à la barre (RFI)

Au troisième jour du procès de Guillaume Soro et de 19 de ses proches pour « complot », et « tentative d’atteinte à l’autorité de l’État », le tribunal a tenté de comprendre pourquoi des armes ont été retrouvées dans la lagune à Assinie. Lors de l’audience, le commandant Jean-Baptiste Kassé Kouamé a avoué avoir ordonné à ses hommes le 23 décembre 2019 de détruire des armes entreposées au siège du mouvement politique GPS, en les jetant à l’eau, craignant qu’elles ne soient dérobées.

De notre correspondant à Abidjan,

En l’absence des 11 autres accusés – priés de quitter le tribunal afin de favoriser « la recherche de la vérité » selon les termes du président – trois militaires ont été appelé à la barre : le commandant Kassé Kouamé, Lamine Traoré, un sous-officier sous ses ordres, et Emmanuel Silué, soldat et chauffeur – tous étaient, au moment des faits, détachés à la protection rapprochée de l’ancien Premier ministre, Guillaume Soro.

Au début de l’audience, le président pointe du doigt les scellés présentés à la tribune, repêchés dans la lagune à Assinie selon l’enquête judiciaire – des kalashnikovs vétustes, mais aussi deux lance-roquettes, et un fusil à lunette – puis s’adresse au chef de cette garde rapprochée, le commandant Kassé Kouamé. « Est-ce des armes de guerre ou c’est juste pour chasser des oisillons ? », interroge-t-il avec ironie.

Le commandant réfute tout lien avec « les armes lourdes », mais admet avoir demandé à six de ses hommes de « détruire » un stock de 30 kalashnikovs, appartenant selon lui, à d’anciens soldats de la protection rapprochée, affectés à d’autres postes après la démission de Soro du poste de président de l’Assemblée nationale. LIRE LA SUITE

VOUS AIMEREZ AUSSI