Avant la rencontre Donald Trump-Xi Jinping, la Corée du Nord tire un missile

Voilà les Etats-Unis et la Chine avertis. A la veille du sommet prévu en Floride entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping, la Corée du Nord vient de procéder, une fois de plus, à un tir de missile. Un engin balistique à moyenne portée tiré ce mercredi 5 avril 2017 depuis la côte orientale du pays, en direction de la mer du Japon. Il a parcouru 60 kilomètres. Un tir qui survient alors que le nouveau président américain s’apprête à renforcer les sanctions visant Pyongyang.

Avec notre correspondante à Séoul,  Frédéric Ojardias

media
Le numéro un nord-coréen Kim Jong-un sur une photo non datée rendue publique par le régime le 1er avril 2017. 

Le missile nord-coréen tiré ce mercredi matin serait le nouveau KN-15 (baptisé Pukguksong-2 au Nord), selon les armées sud-coréenne et américaine. Cet engin balistique a été dévoilé pour la première fois par le Nord lors d’une salve de quatre tirs en février. Capable d’emporter une ogive nucléaire, le KN-15 est rapide à déployer, difficile à détecter. Il inquiète donc beaucoup les stratèges sud-coréens et américains.

Avec ce nouveau tir à la veille du sommet Etats-Unis-Chine, le régime de Kim Jong-un montre qu’il ne se laisse pas intimider et qu’il n’a aucune intention de renoncer à son programme nucléaire et balistique. C’est aussi une façon de protester contre la tenue d’exercices militaires navals organisés cette semaine autour de la péninsule par la Corée du Sud, les Etats-Unis et le Japon.

Ce tir donne du grain à moudre à Donald Trump, qui multiplie menaces verbales et sanctions. Le président américain s’est même récemment déclaré prêt à « régler » tout seul le problème nord-coréen si Pékin en est incapable. La Chine, de son côté, répète qu’il faut entamer un dialogue avec Pyongyang, car les sanctions seules n’auront aucun effet sans négociation de dénucléarisation en parallèle, même partielle.

Le sommet de jeudi permettra peut-être de trouver un terrain d’entente.

Rfi.fr