Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Scandale – Des funérailles interrompues après que la famille ait découvert que le pénis du défunt avait disparu

Un enterrement à Daveyrown, en Afrique du Sud, a été interrompu après que la famille du défunt a découvert que le troisième pied de leur fils décédé avait disparu.

La famille qui a affirmé que le corps de leur fils avait été mutilé et violé à la morgue, a fait la découverte bizarre quand ils sont allés laver le corps de leur fils de 18 ans.

Lire aussi : Canada : Ses tatouages coûtent près de 60 millions

Selon les informations, non seulement les parents en deuil, Portia et Bellium Tjale, ont refusé d’enterrer leur fils, les voisins ont également empêché les employés des pompes funèbres de prendre la tente, les chaises et d’autres objets. Ils ont déclaré qu’ils les conserveraient en garantie jusqu’à ce que le propriétaire leur rembourse leurs 30 000 rands.

« Le corps de mon fils a été récupéré à la maison avec toutes les parties du corps intactes, mais maintenant que nous voulons l’enterrer, certaines parties manquent. Pourquoi donc? », a déclaré au Daily Sun, Portia, la mère du défunt, âgée de 39 ans.

Lire aussi : Agboville : un élève de 5ème retrouvé mort sur les rails, broyé par un train

Portia a allégué que le salon funéraire qui a d’abord recueilli le corps de leur fils n’avait pas de chambre froide. En conséquence, ils ont transféré le corps dans un autre salon. Elle a découvert plus tard que son pénis manquait.

Elle a poursuivi en disant que les propriétaires du salon avaient tenté de cacher le problème en lui disant de ne pas venir.

«Le même propriétaire de salon funéraire et sa femme m’ont même recontacté pour me convaincre de ne pas venir voir mon fils pour la dernière fois parce que je soupçonne qu’ils ont vu que quelque chose n’allait pas. Mon fils mérite d’être enterré dignement et de ne pas subir un tel manque de respect », a-t-elle ajouté.

Lire aussi : Dubaï: 3 mois de prison pour la femme qui fouille dans le téléphone de son mari (netafrique.net)

Le mari de Portia, Bellium, (48 ans) a ajouté :

« Mon fils a souffert et ce qu’on le fait subir est irrespectueux. Il était épileptique et autiste. »

Les parents du défunt ont signalé l’affaire à la police de Daveyton, qui a depuis ouvert un dossier de violation de cadavre. Cependant, les deux parents allèguent que la police leur a dit d’enterrer le corps de leurs fils malgré la partie intime manquante.

E.L.D

VOUS AIMEREZ AUSSI