Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Singuila révèle l’identité de son principal concurrent dans la vie

Bras de fer, éloignements, échauffourées, Singuila a connu de tout avec son géniteur, l’éminent politicien et médecin centrafricain feu Simon Bedaya N’Garo.

Leurs rapports conflictuels ont d’ailleurs été l’objet de chansons de l’artiste qui espérait secrètement un dénouement plus joyeux à leur histoire. 13 années après la disparition de celui-ci, Singuila revient sur l’impact de leurs mauvais rapports au cours de l’émission Tchin :

Lire aussi : Blanche Bailly : « Si tu es un mec avec qui je sors, tu vas te retrouver dans mes chansons »

« J’ai très mal vécu le rejet de mon père, il ne voulait pas me voir. Pour quelqu’un d’aussi parfait que lui, la famille c’est un domaine où il faut être irréprochable. Cela a fait naître un sentiment de jalousie ou de compétition.

Au départ, je me sentais nul, ce mec à la rue, qui bataille et tout, qui ne va nulle part dans la vie alors que son père lui, c’est vraiment quelqu’un de connu et reconnu partout dans le monde. Au final, je me suis dit quand on entend le nom Bedaya, Singuila doit le premier nom qui sorte. Mon concurrent direct dans cette vie, c’était mon père, faire plus fort que lui, mon combat. ».

Lire aussi : Une admiratrice pleure après avoir découvert que le chanteur Drake a une petite amie..son mari demande le divorce (+video)

Puis de rappeler une anecdote qui remonte à l’une des dernières fois qu’il a croisé son père, de son vivant :
« Je faisais des rêves prémonitoires, c’est-à-dire je rêvais à quelqu’un et le lendemain je voyais cette personne. Un jour, j’ai rêvé à mon père et en me baladant le lendemain avec un pote je l’ai croisé dans la rue.

Je voulais me cacher car nous n’étions plus en contact. Je l’avais déjà appelé et il m’a demandé de ne plus le recontacter, il ne voulait plus me voir. Nous n’étions donc plus en contact pendant 13 ans, et dès qu’il m’a vu il s’est comporté de façon très normale, comme si nous nous étions vus hier. ».

S’il a aujourd’hui pardonné à ce grand homme, ces durs instants sont tout de même inoubliables le chouchou de ces dames.

Carole G

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires