Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

L’affaire Gladys Lokolonga ou l’histoire de la « Tchiza » séquestrée, tabassée et humiliée…

L’affaire de la Tchiza séquestrée, battue, mise nue et humiliée par la « Titulaire », fait grand bruit sur la toile depuis le week-end dernier.

Jeune Congolaise, Gladys Lokolonga entretenait en effet une liaison avec un homme marié, sans toutefois savoir que ce dernier vivait maritalement. Une relation à laquelle elle a assure avoir mis fin en avril 2018.

Mais l’épouse de l’homme s’étant rendue compte que son compagnon avec lequel elle vit en Europe entretenait une liaison avec une autre femme au pays, va chercher à se venger de cette dernière.

Lire aussi : Coupé Décalé, Concept « Moutoubashi » : La nudité de la danseuse de Vitale fait vendre (+vidéo démo)

L’épouse du Benguiste congolais va donc planifier une stratégie pour se venger de celle qui a « osé partager son homme ».

C’est alors que Gladys, va vivre son calvaire.

L’épouse s’étant emparé du téléphone de son conjoint, va se faire passer pour celui-ci. Elle va tendre un piège à Gladys en l’invitant à leur résidence au pays, suite à de nombreux échanges par sms. Gladys qui ne prendra pas la peine de parler directement avec son interlocuteur au téléphone avant d’aller à ce rendez-vous du 09 décembre 2018, va vivre son cauchemar de fin d’année.

« Je n’ai jamais vu d’alliance à son doigt, sinon j’aurai compris qu’il était marié », a affirmé la femme battue, avant de raconter son calvaire au domicile du couple.

Alors qu’elle s’est rendue à l’invitation, la jeune dame, pensant avoir affaire à celui qu’elle connaissait et qui l’avait déjà invitée dans cette maison, elle aura sa surprise comme racontée ici:

Lire aussi : Jypheal Tayerault accusé « d’escroquerie et abus de confiance

 C’était le 9 décembre à 13h, il m’écrit : « Ça va? Tu es où ? Je suis au bureau mais j’arrive à la maison dans quelques minutes. Prends un express et je rejoins-moi. » J’ai dit ok. La maison qu’il m’a indiquée, je la connaissais parce qu’il m’y avait emmenée et il ne m’avait jamais dit que c’était sa maison conjugale. J’y suis donc allée. Il m’a dit de l’appeler une fois que je serais à la station. Ce que j’ai fait. Là, j:ai vu un garçon qui m’a dit que le vieux se douchait mais qu’il l’avait envoyé me chercher.

Elle ne s’imaginait la suite de son aventure qu’elle raconte à travers ces lignes : «… C’était bien préparé ! Quand je suis rentrée, des garçons ont fermé le grand portail et des filles m’ont enfermée dans la maison et ont commencé à me menacer comme cela se fait dans les vidéos … il paraît que la fille est lesbienne. Elle m’a bloquée pendant 2 jours et elle voulait coucher avec moi ».

Elle ajoute que tout cela se passait en présence du mari de sa ravisseuse venue passer les fêtes de fin d’année avec son épouse au pays, comme raconte Gladys. « Et pendant ce temps, le mari était là, dans la chambre, sans sortir jusqu’à ce qu’on me mette dans une deuxième chambre ».

Lire aussi : Politique : Alassane Ouattara : « Soro Guillaume démissionnera en février »

Maltraitée, abusée et humiliée pendant deux long jours, Gladys retrouvera les vidéos de son calvaire sur le Net. C’est d’ailleurs ces vidéos qui vont ameuter la toile et créer le buzz sur cette affaire. Et suite à cela, la femme qui croyait s’être vengée, se rendra compte de son forfait. Du coup, les soutiens indéfectibles à celle qualifiée de « Tchiza » se multiplient depuis. Et l’affaire a pris d’autres tournures. Les autorités judiciaires du Congo et de la Belgique où vivait le couple s’étant saisies de l’affaire afin que justice soit rendue à Gladys. L’affaire suit donc son cours.

L’auteur de la maltraitance a certes présenté des excuses, mais des voix continuent de s’élever de partout pour réclamer justice pour celle qui a été baptisée « Lady Gladys ».

Par A.K

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,