Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Mode : Zoom sur le Baya, séduction “made in Africa”

Le “Baya” ou encore “les perles aux reins” constituent un ensemble ou un collier de perles utilisées par les africaines, à titre d’ornement de leurs hanches. Cette parure a longtemps aidé à mythifier la femme. Aujourd’hui encore, le Baya est plus prisé que jamais. Mais d’où tire-t-il son origine et à quoi sert-il concrètement ?

Lire aussi : Concert Niska à Abidjan : le public en mode Charo

Image associée“Baya” est la prononciation en langue malinké des perles aux reins et son histoire découle de celle même de l’humanité toute entière. Dans les temps jadis, les premières perles découvertes étaient celles des dents d’animaux incisées et portées comme colliers. En ces temps là, ce n’était entre autres que des coquillages, des graines, des os, des ivoires, des coraux, etc… qui servaient à confectionner les perles.

Néanmoins, le plus répandu et qui offrait une panoplie de modèles était le verre. Pourtant, il existait déjà des pays comme le Ghana, le Nigéria et la Mauritanie qui avaient une notoriété sans égale en matière de perles. Mais leur production demeurait toute aussi insignifiante. Du coup, les perles provenaient beaucoup plus des pays comme l’Inde, la Chine et les pays Romains.

Lire aussi : Dossier : Ces joueurs ivoiriens qui ont échappé aux Eléphants

Image associéeA l’origine utilisé dans le but de guérir des maux de reins, le baya de nos jours joue le rôle d’un accessoire de séduction, d’un aphrodisiaque porté à la taille des femmes africaines surtout.

Même si avant, il détenait plus un rôle curatif et protecteur. Aujourd’hui, il caractérise la sensualité et symbolise le voyage dans un monde érotique où séduire est le maître mot de la conquête du coeur.

Au sénégal, le baya est appelé “Bine-Bine”, alors qu’en Côte d’Ivoire, il demeure soit “Baya” en Malinké ou “Affléma” dans la langue des Akans.

Déborah Scott

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,