Des témoins accusent les policiers en Angola

Le président angolais, Jose Eduardo dos Santos

Le président angolais, Jose Eduardo dos Santos

«Ce sont les policiers qui ont commencé à créer la confusion. C’était mal organisé, ils ont lancé des grenades lacry­mogènes, ce qui a provoqué le mouvement de foule», a expliqué Olavo Castigo, un témoin de la scène.

«La police a commencé à frapper les gens qui étaient contre la grille du stade et à lancer des grenades lacrymogènes. Certains sont tombés et sont morts», a confirmé Simao Teca.

Le président angolais, Jose Eduardo dos Santos, a lui-même critiqué la police. Une commission d’enquête chargée de déterminer les causes du drame qui a fait au moins 17 morts, dont plusieurs enfants, et 56 blessés selon un bilan officiel a été mise en place samedi par le gouvernement.

Le Journal de Montréal