Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Tiken Jah boycotté ? L’artiste se prononce : ‘’…la culture est prise en otage par les politiques en Côte d’Ivoire…’’

Avant la sortie officielle de son single ‘’gouvernement 20 ans’’ en janvier dernier, le reggaeman ivoirien Tiken Jah Fakoly s’était retrouvé au centre d’une vive controverse.

Entre l’impatience de ses fans qui attendaient fiévreusement la galette artistique et les charges de certains partisans du pouvoir d’Abidjan qui percevaient dans le texte de l’artiste, une critique déplacée adressée au gouvernement, et advint l’annulation de son concert à Abobo.

Lire aussi : Yvideroshow : Josée Delatour et Daysie se clashent brutalement dans un face à face très dosé

Si la mairie de ladite commune s’était prononcée sur les vraies raisons de l’annulation du concert du descendant de Fakoly Da’aba, il n’en demeure pas moins que pour une certaine opinion, le reggaeman a été victime d’un boycott déguisé. Invité au grand talk de life TV, l’artiste qui s’exprimait sur son actualité musicale, a lancé un pavé dans la mare :

‘’…j’ai l’impression que la culture est prise en otage par les politiques en Côte d’Ivoire et un peu partout en Afrique…’’. Bien entendu, la critique de l’artiste n’était pas adressée uniquement à son pays car pour lui, si les sponsors ne parrainent pas certains artistes engagés, c’est par crainte de se retrouver dans le viseur des pouvoirs.

Lire aussi : “Aimé Zebié c’est quel fruit… ? “, Debordo tourne en dérision l’homme du Showbiz en plein direct

C’est malheureusement bien connu en Afrique. Tant qu’on encense les pouvoirs, on est vivement applaudis, or le reggae est justement une musique au service du peuple, d’où ses textes engagés. Mais il semble que l’âge d’or de l’engagement artistique toléré est encore très loin dans une Afrique encore prise entre les étaux des réflexes tribaux, qui sont opposés aux idéaux de cette musique qui se veut pourtant intemporelle.

Diaman Emmanuel

VOUS AIMEREZ AUSSI