Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Une femme arrêtée pour avoir simulé son enlèvement quatre fois dans le but d’extorquer de l’argent à sa mère

Une femme se retrouve actuellement dans les mailles de la police pour avoir simulé son propre enlèvement à quatre reprises pour extorquer de l’argent à sa mère. Les faits se sont déroulés en Espagne, notamment, sur l’île de Tenerife.

La femme de 30 ans, aurait envoyé à sa mère une vidéo plus tôt cette semaine qui la montrait les yeux bandés et maculés de sang. Dans la vidéo partagée par la Garde civile, un homme a été vu derrière elle avec un couteau.

On voit la femme crier à l’aide dans la vidéo.

Lire aussi : Plus de doute à se faire, Diana Bouli déballe tout sur sa relation avec Ks Bloom et la bague qu’il lui a remis

« Maman. Ils m’ont kidnappée. Tu ne peux rien dire à la police. Si tu le fais, ils me tueront », a-t-elle déclaré. Elle poursuit en racontant comment ses ravisseurs l’ont battue et privée de nourriture.

Selon une déclaration de la Garde civile espagnole, elle a dit à sa mère que les ravisseurs la libéreraient moyennant 50 000 euros (50 000 $).

Ce n’était pas la première fois que la mère de la femme recevait un message aussi dérangeant. Les enquêteurs ont découvert plus tard que la mère avait déjà effectué trois paiements totalisant 45 000 dollars, également en réponse à des menaces contre la vie de sa fille.

La police a découvert le complot diabolique après avoir enquêté sur le partenaire de la fille, dont la famille était aussi impliquée dans le complot d’enlèvement.

Lire aussi : Amour/ Voici comment les femmes prouvent leur amour dans ces pays…

Dans les 24 heures suivant l’enquête initiale, les autorités ont découvert que la fille était indemne et libre de partir.

La police a confirmé l’arrestation de la fille et de quatre co-conspirateurs dans un casino de machines à sous le 5 septembre. Des agents de la Garde civile auraient trouvé le faux sang et le couteau utilisés dans la vidéo.

Tous les cinq font face à des accusations d’extorsion, entre autres infractions. Une mise à jour dans le Tenerife Weekly a indiqué que trois des cinq avaient depuis été libérés.

E.L.D

VOUS AIMEREZ AUSSI