Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Une femme condamnée à 50 ans de prison pour avoir poignardé six fois son nouveau-né

Une femme de 21 ans a été condamnée à 50 ans de prison pour homicide aggravé après que les autorités ont affirmé qu’elle avait tué sa fille qui vient de naître.

Lesly Ramírez était à la maison le soir du 17 juin 2020, lorsqu’elle a ressenti l’envie immédiate d’aller aux toilettes, selon ‘Citizen Group for the Decriminalisation of Abortion’, une organisation non gouvernementale féministe qui a défendu la femme au tribunal.

Lire aussi : Deux jeunes filles meurent en voulant réaliser un challenge sur TikTok

Ramírez, qui avait 19 ans au moment des faits, allègue qu’elle était enceinte de cinq mois à l’époque, et qu’elle avait accouché de façon inattendue. Morena Herrera, responsable de l’ONG, a déclaré à ‘Reuters’ que Ramírez avait essayé de couper elle-même le cordon ombilical après la fausse couche, mais il faisait noir et il n’y avait pas d’électricité dans sa maison.

Elle a été emmenée à l’hôpital San Juan de Dios dans le département ouest de San Miguel pour y être soignée et une semaine plus tard, elle a été placée en détention provisoire lors d’une audience à laquelle elle n’a pas pu assister en raison de sa mauvaise santé.

Les autorités salvadoriennes, cependant, ont fait valoir que Ramírez avait porté son bébé presque à terme et qu’après avoir eu le bébé, elle l’avait poignardé six fois au cou.

Lire aussi : Angletetre – Un médecin emprisonné…il filmait et espionnait des femmes nues

« Ce n’est pas la première fois que l’accusation construit une histoire qui criminalise totalement les femmes », a déclaré Herrera.

Ramírez a été condamné à 50 ans de prison pour homicide aggravé la semaine dernière.

Le Groupe citoyen pour la dépénalisation de l’avortement envisage de faire appel du verdict du tribunal, qu’il a qualifié de partial.

Selon plusieurs rapports, le Salvador possède les lois anti-avortement les plus sévères au monde, qui interdisent toutes sortes d’interruptions de grossesse même si la grossesse présente un risque pour la vie de la mère ou résulte d’un viol ou d’un inceste.

Sarah L.D

VOUS AIMEREZ AUSSI