Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

USA: le scrutin américain, et demain ?

Les élections aux États-Unis  ont donné leur verdict il y a quelques jours. Plus de secret, Donald Trump est sur le toit du monde, cela dit, une chose intrigue plus d’un à travers le monde. Comment Hillary Clinton, avec un plus grand nombre de voix que Donald Trump, a t elle pu être déclarée perdante ? abidjanshow.com, tout comme vous, a poussé la curiosité .

Donald Trump a récolté 59,5 millions de voix, Hillary a récolté 59,7 millions de voix. Aux États Unis, il s’agit d’un suffrage universel indirect, c’est le nombre de grands électeurs qui compte, et là, le candidat républicain devance nettement Hillary. Selon les résultats encore partiels d’ailleurs , il a remporté 290 grands électeurs, Hillary en a obtenu 228, alors que 270 sont nécessaires pour être élu Président.

Lire aussi : Alisar Zena, Didier Bléou, Hummm…

Ce n’est pas la première fois que le vainqueur de l’élection américaine recueille moins de voix que le perdant. En 2000, le républicain George W.Bush a « recu » 271 grands électeurs (contre 266 pour le démocrate Al Gore), alors qu’il avait recueilli 500.000 voix de moins que son adversaire(50,5 millions contre 51 millions). De la même manière, les élections de 1824, 1876 et 1888 avaient ce genre de « décalage ».

americain

Les Américains ne votent pas directement pour le Président, ils choisissent plutôt quels grands électeurs vont voter pour le candidat de leur camp. Il suffit juste d’avoir la majorité de 0,1% pour que tous les grands électeurs d’un état basculent.
Les quatre présidents des États-Unis élus grâce aux grands électeurs, sans remporter le vote populaire national sont tous Républicains. Deux d’entre eux ont été élus au XIXe siècle, le fait s’est répété en 2000 avec Al Gore et Bush.

Le collège électoral (538 grands électeurs) élira donc, le 12 Décembre prochain le 45ème président du pays. Pour être élu, les voix d’au moins 270 grands électeurs sont vitales, Trump ayant 290 grands électeurs dans sa sacoche, les choses semblent très claires, même si on considère les résultats actuels, comme partiels.

Lire aussi : Alisar Zena, Didier Bléou, Hummm…

Retenons simplement que le système électoral américain est basé sur ce qu’ils appellent le  » Winner takes all ». Dans chaque État, le vainqueur prend tous les grands électeurs, son score n’a pas d’importance (50.01% ou 99.9%) les États où la population est plus grande ont donc plus de poids dans le vote final, la Californie par exemple donne 55 voix, et l’État du Wyoming, 3 voix.

Le nombre de grands électeurs par État est aussi lié au nombre de ses représentants au Congrès: deux sénateurs quelle que soit la taille de l’État, mais également le nombre d’élus à la Chambre des Représentants qui va varier selon la population.
C’est Vincent Michelot, professeur d’histoire politique des USA à Sciences Po Lyon qui disait dans le monde, « Le Président des États-Unis a deux sources de légitimité: celle du peuple, mais également celle des États souverains (et aucun n’est plus souverain qu’un autre). Il est donc naturel que les deux sources de légitimité soient représentées dans le mode du scrutin »

americain2

Selon certains spécialistes, les choses ne sont pas faites pour changer maintenant. Pour cela, ajoute Vincent Michelot, « il faudrait mettre en place un suffrage universel direct, et donc, nier la réalité fédérale du système américain. Il faudrait également un amendement à la constitution, soit la majorité des 2/3 dans les deux chambres…..c’est inimaginable ».
BK

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,