Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Yalley humilié à la haye, pourquoi ?

 

Les procès de Laurent Gbagbo et de Blé Goudé, à la Haye, cristallisent en ce moment l’actualité mondiale. Haletante est l’attente des Africains et des Ivoiriens pour l’issue de ce procès, sujet principal des causeries de salon et des manchettes des tabloïds. Particulièrement en Côte d’Ivoire ou ces procès occultent les excellentes performances des Eléphants à la Chan qui se déroule en ce moment au Rwanda.

Parallèlement aux joutes verbales juriques, relative aux procès de Laurent Gbagbo et de Blé Goudé, à la Haye, se tient, à côté,  le traditionnel bal des supporters des mis en cause. C’est un secret de polichinelle, des concerts, des meetings et autres regroupements surchauffés sont organisés dans les espaces jouxtant le Palais de justice de la Haye. Les inconditionnels de Laurent Gbagbo et de Blé Goudé, viennent de tous les coins d’Europe, chaque fois  que s’ouvrent les communications relatives à ces procès. Ainsi assiste-t-on  régulièrement  à des déplacements massifs de fans Africains et particulièrement d’Ivoiriens acquis à la cause des justiciables de la Haye. C’est dans le cadre que se crée une ambiance carnavalesque bon-enfant.  Une scène est même érigée dans cet espace pour recevoir cris stridents, sons de sifflets et de « Vuvuzela ». C’est là que  se produisent artistes- chanteurs et autres «sachant» de la crise ivoirienne. Dans cet exercice, excellent de nombreux artistes musiciens, exilés volontaires en Europe, depuis la fin de la crise en 2011. Gadji Céli, Serges Kassy, Les Galliets, John Yalley, etc… sont coutumiers du fait. Très proches de l’ancien chef d’Etat Ivoirien, ces artistes ne lui ont jamais caché leur  soutien. Aussi bien à Paris qu’aux Pays- Bas où se tiennent les procès, ces artistes ont toujours manifesté leur fidélité à Laurent Gbagbo aux travers de prestations artistiques, à la Haye. Seulement voilà, pour ce rituel auquel prenait part régulièrement John Yalley, cette fois,  le « Zêzê-Pop man » a tout simplement été éconduit. Nos sources témoignent que l’accès à la scène lui a été  interdit par Serge Kassy et Gadji Céli. Pire, la Pop star ivoirienne du chaud-bouillant  quartier Babré, à Gagnoa a essuyé quolibets, injures et railleries de toutes sortes. On était semble- t-il, pas loin du pugilat.  Pourquoi tout ceci ?

ATTENTION, DANGER, A l’HORIZON…

On reprocherait à John Yalley ses fréquentes descentes à Abidjan pour des concerts. Pour cette raison, il aurait, dit-on, trahi le combat : celui qui consiste pour les artistes pro-Gbagbo (ou considérés comme tels) à ne point venir à Abidjan, sous le nouveau régime. Venir faire des spectacles en Côte d’Ivoire, sous le nouveau  pouvoir serait, aux yeux des tenants de cette thèse, un blasphème total pour John Yalley qui n’a jamais caché son penchant pour Gbagbo. Cette vision des choses s’inscrit au chapitre de l’intolérance. La Côte d’Ivoire qui cherche à recoller ses morceaux brisés par la crise décennale antérieure a-t-elle encore besoin de tels actes ? Faut-il rappeler à Gadji Céli et à Serge Kassy que Justin Stanislas, Yodé et Siro, une partie des frères Galliets viennent régulièrement chanter à Abidjan. Le ciel ne leur tombe pas sur la tête. Or il est de notoriété établie que ces artistes ci-nommés sont des inconditionnels de Laurent Gbagbo. Le comique Glazai Dohoun Kévin, autre soutien indiscutable de l’ex-président  Gbagbo, est coutumier de l’axe Paris-Abidjan. Il vient  faire le show aux spectacles de Zouglou pour ensuite repartir tranquillement à Paris. Sans qu’un poil de ce qui lui reste encore comme cheveux sur sa tête ne soit touché. Que dire d’Angelo Kabila ami et ancien collaborateur de Blé Goudé ? Le promoteur du Zouglou mène tranquillement sa barque à Abidjan au vu et au su de tous. Depuis 2012, il parcourt annuellement le pays,  pour semer la graine du désormais patrimoine musical national estampillé Zouglou. Doit-on pour autant qualifier Angélo Kabila de « traite », au même titre que Justin Stanislas, Paul Madis, Yodé et Siro, qui se produisent en spectacle souvent en Côte d’Ivoire ? Les uns et les autres devraient dépassionner le débat, au risque de pousser à l’escalade inutile. A l’image du « caillassage » subi par  la voiture de Meiway, à Paris. Pour son soutien supposé aux nouveaux tenants du pouvoir. Quand Yodé et Siro font des spectacles en discothèque, les deux compères s’amusent à faire l’apologie soit du pouvoir Ouattara, soit de Laurent Gbagbo. Tout cela avec l’humour qui caractérise le Zouglou. Où on se rit presque de tout. Au grand bonheur des mélomanes pour lesquels ces shows sont de vrais moments de catharsis, très loin d’autres considérations. Le show de Yodé et Siro transcendent les clivages idéologiques pour ne considérer qu’une seule et une seule chose : le « textus » (Ndrl : tissu) ivoirien.

Alors messieurs, s’il vous plait, laissez  notre John Yalley chanter pour Gbagbo comme bon lui semble.  Et laissez-le revenir chanter aussi en Côte d’Ivoire, quand il en a l’occasion. John Yalley interrogé sur la question dit ceci : « Je ne sais pas en quoi je suis un traite. Quand je viens dans mon pays, c’est pour faire mon métier, c’est-à-dire chanter….Notre devoir est de faire que notre pays aille de l’avant. Nous sommes tous des Ivoiriens. Chacun essaie d’apporter sa pierre à la construction de l’édifice…Moi, je ne sais que chanter. Je ne fais rien d’autre. Si revenir faire de la musique dans mon propre pays est de la traitrise, je laisse les autres penser ce qu’il veulent »

Moses Djinko

VOUS AIMEREZ AUSSI

Commentaires

Commentaires

Share, , Google Plus, Pinterest,