Le Zimbabwe post-Mugabe va-t-il continuer à offrir l’asile à Mengistu ?

Maintenant que Robert Mugabe n’est plus à la tête du Zimbabwe, qu’adviendra-t-il de Mengistu Hailé Mariam, l’ex-dictateur éthiopien réfugié dans le pays depuis plus de 25 ans ? Le « Négus rouge », responsable de plusieurs dizaines de milliers de morts dans son pays entre 1974 et 1991, a été condamné à mort par contumace en Ethiopie. Depuis, il vivait discrètement à Harare sous la protection de Robert Mugabe.

media
Le leader éthiopien Mengistu Haïlé Mariam, le 31 octobre 1986, lors d’un sommet à Harare.

Pour le porte-parole du gouvernement zimbabwéen, il n’est pas question d’extrader Mengistu Hailé Mariam. « Nous n’avons pu reçu de demande d’extradition d’Addis Abeba », précise George Charamba, porte-parole du gouvernement.

« Il ne s’agit pas d’une faveur, ajoute-t-il. Mais ce n’est pas un crime que d’être réfugié. Et tant qu’Hailé Mariam n’enfreint pas les conditions de son séjour dans notre pays, nous n’avons aucune raison de l’expulser. »

L’ex-dictateur est tenu de ne pas se mêler de politique éthiopienne. Discret, il n’est jamais vu en public. Il est libre, mais ses mouvements sont toutefois restreints par un important dispositif de sécurité.

L’opposition zimbabwéenne a demandé à plusieurs reprises qu’il soit expulsé du pays. Ce à quoi George Charamba rétorque que le nouveau gouvernement zimbabwéen a bien d’autres priorités que de s’inquiéter du sort de l’ancien dictateur.

Rfi.fr